Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Emile Verhaeren

Légendes - Poéme


Poéme / Poémes d'Emile Verhaeren





Les horizons cuivrés des suprêmes automnes Meurent là-bas, au loin, dans un carnage d'or. Où sont-ils les héros des ballades teutonnes Qui cornaient, par les bois, les marches de la Mort ?



Ils passaient par les monts, les rivières, les havres, Les burgs — et brusquement ils s'écroulaient, vermeils, Saignant leurs jours, saignant leurs cœurs, puis leurs

cadavres Passaient dans la légende, ainsi que des soleils.



Ils jugeaient bien et peu la vie : une aventure ; Avec un mors d'orgueil ils lui bridaient les dents ; Ils la mataient sous eux comme une âpre monture Et la tenaient broyée en leurs genoux ardents.



Ils chevauchaient fougueux et roux — combien d'années ? Crevant leur bête et s'imposant au Sort ; Mon cœur, oh !, les héros des ballades fanées, Qui cornaient, par les bois, les marches de la Mort !













Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Emile Verhaeren
(1855 - 1916)
 
  Emile Verhaeren - Portrait  
 
Portrait de Emile Verhaeren


Biographie / Œuvres

Emile Verhaeren est né à Saint-Amand le 21 mai 1855. Fils d’une famille commerçante aisée, il appartient à la classe bourgeoise de ce village sur l’Escaut. Au sein de la famille, la langue véhiculaire est le français, mais avec ses camarades de classe de l’école communale et les habitants de Saint-Amand, il recourt au dialecte local.

A onze ans, Verhaeren se voit envoyé au pensionn

Bibliographie


Chronologie