Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Lucien Becker



L'oeuvre de lucien becker de Lucien Becker


Poésie / Poémes d'Lucien Becker





Lucien Becker n'est peut-être pas le plus grand poète lyrique de son époque; mais il est, sans nul doute, celui qui se sera tenu au plus près du réel, tout en restant farouchement à l'écart de tout artifice. En cela, il aura prolongé la leçon de Reverdy, sa tension nouée, cette écoute des pas, des heures, alors que le silence même est fait de minéral.



Pas de somptueuse orchestration, mais une thématique de l'amour et du silence soutenue par une sorte de contre chant, qui laisse entendre les pas du sang et la mort entre nous/comme le ciment entre les pierres. Lucien Becker gagna vite l'estime de Breton, de Tardieu, de Paulhan... Puis annonce (il a cinquante ans) qu'il cesse d'écrire, et tient «silence». Lucien Becker meurt à Nancy, en 1984. Il repose au cimetière de Dieuze.






Lucien Becker eut très tôt la conviction qu'il serait unhomme dont le nom n'est sur aucune lèvre (et qui) va devenir un simple trait sur l'horizon. Hanté par l'idée de la mort et convaincu de l'insignifiance de tout ce qui la précède, il ne trahira son nihilisme que pour deux passions : l'écriture et l'amour. Mort, amour, poésie : voilà la sainte trinité d'un homme qui se mit à écrire comme on trébuche dans son ombre, selon la formule de Guy GOFFETTE, qui a établi l'édition de ses poésies complètes.



Sous le poids d'une implacable incrédulité quant au destin et à la condition de chacun, le poète illumine ses pages du regard d'une femme, de son sexe, fenêtres vivantes d'un monde intérieur et blessé sur un monde extérieur et factice.



L'ensemble des oeuvres de Lucien Becker est disponible à la médiathèque de Dieuze - qui porte son nom - en consultation sur place.



On y trouvera notamment le recueil complet de ses oeuvres, réalisé par Guy GOFFETTE sous le titre RIEN QUE L'AMOUR



Cet ouvrage de fonds regroupe, après une préface où il entre beaucoup de fraternité, la quasi totalité des poèmes de Becker. On y retrouve aussi des entretiens qu'il accorda, ainsi qu'une correspondance signée Bousquet, Breton, Char, Dietrich, Paulhan, etc.



Rien que l'amour dresse la figure émouvante d'un homme endeuillé de sa propre vie (je suis sur terre, sans être au monde confie-t-il à Gaston PUEL), finalement peu dupe de ses propres espoirs : Tu sens que l'amour était encore de la solitude. Sa poésie d'une implacable simplicité lorsqu'il s'agit de remettre les hommes à leur place : Chacun d'eux avec sa poignée de terre dans la bouche/ s'étonne d'être encore plus seul qu'au temps où il vivait., ne rompt pas toujours avec la quincaillerie lyrique du surréalisme. Cependant, l'ouvrage peut rejoindre dans les bibliothèques ces livres vers lesquels on revient sans cesse, pour la fraternité qu'ils entretiennent.



Œuvres poétiques de Lucien Becker

Cœur de feu, revue Méridiens, H.C., 1929. Dessin en frontispice de Jean Cocteau ; et Voix d'encre, Montélimar, 1993.

Passager de la terre, revue Cahiers du Sud, H.C., Marseille, 1938 ; et Voix d'encre, Montélimar, 1993.

La Morte derrière les vitres, inédit, 1938.

La Tête sans liberté, revue Sagesse, H.C., Paris, 1938.

À la tombée du plafond, inédit, 1938.

Le Jeu de la mort, inédit, 1939.

Le Grand Cadavre blanc, revue Les Feuillets de l'Ilot, Rodez;, 1940. Préface de Maurice Fombeure.

L'Homme quotidien, M. Audin, imprimeur, H.C., Lyon, 1941.

La solitude est partout, idem, 1942.

Pas même l'amour, idem, 1944.

Le Monde sans joie, Gallimard, coll. « Une œuvre, un portrait », relié, maquette de Mario Prassinos, 1945.

Si beaux tous les regards, Pierre-André Benoît, Aies, 1946. Hors-textes d'Ambrogiani.

Le Jeu des corps, Cadenel éditeur, H.C., 1946. Lithographies d'Ambrogiani.

Rien à vivre, Gallimard, 1947.

Le désir n'a pas de légende, P.-A.B., Aies, 1950 ; et La Dérobée, Le Relecq-Kerhuon, 1996 (avec deux dessins de Jean-Claude Pirotte).

Les Dimensions du jour, H.C., 1951. Bois gravés de Louis Cade-

nel. Les Pouvoirs de l'amour, P.-A.B., Aies, 1952. Lithographies de

Jeanne Coppel. Plein amour, Gallimard, 1954 ; et La Dérobée, 1997 (dessins de

Jean-Claude Pirotte ; préface de Guy Goffette). L'Été sans fin, Editions de Chauméane, H.C., Aurillac, 1961. Toujours toi, Voix d'encre, Montélimar, 1998. Linogravures de

Frank Wohlfahrt.



Œuvres sur et autour de Lucien Becker



Lucien Becker, par Gaston Puel, collection «Poètes d'aujourd'hui», Pierre Seghers éditeur, Paris, 1962.

Lucien Becker ou l'homme quotidien, par Léon-Gabriel Gros, in Présentation de poètes contemporains, tome I, Éditions des Cahiers du Sud, Marseille, 1944. (Réédition dans Poètes contemporains, Sud Poésie, Marseille, 1988.)

Lucien Becker ou la nudité exemplaire, par Frederick Tristan, collection « Visages de ce temps », Éditions Subervie, Rodez, 1955-

Lucien Becker et nous, par un collectif, numéro spécial de la revue Les Hommes sans épaules, n° 8-9, Paris, 1956.

Lucien Becker ou l'exorcisme du néant, par un collectif, numéro spécial de la revue Coup de soleil, n° 10-11, Annecy, 1987.

Histoire de la poésie française du xxe siècle, par Robert Sabatier, Albin Michel, 1988.

Lire Lucien Becker, par Liliane Bodin, mémoire de maîtrise, Université d'Angers, 1996.








Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Lucien Becker
(1911 - 1984)
 
  Lucien Becker - Portrait  
 
Portrait de Lucien Becker


Biographie

Lucien Becker est un poète rare et sa voix unique fut saluée par Camus, Paulhan, Bousquet, Cadou, Char. Né à Béchy (Moselle), en 1911, mort à Nancy en 1984, il a composé, en marge de la vie littéraire et de ses mouvements, une œuvre brûlante autour du corps de la femme, seul rempart contre le néant.
Résistant pendant la guerre, il ne cessera de résister à la poésie et à ses entours illusoir

L'oeuvre de Lucien Becker

Lucien Becker n'est peut-être pas le plus grand poète lyrique de son époque; mais il est, sans nul doute, celui qui se sera tenu au plus près du réel, tout en restant farouchement à l'écart de tout artifice. En cela, il aura prolongé la leçon de Reverdy, sa tension nouée, cette écoute des pas, des heures, alors que le silence même est fait de minéral.