Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Lucien Becker

La vie, la nuit - Poéme


Poéme / Poémes d'Lucien Becker





A
Louis
Parrot.



A la recherche de la première étoile dans le ciel

je vais entre les murs

qui me tutoient.

La lumière qui ne se lève pas

dans les tunnels du sang

attend près du regard

combien de pierres

dont elle s'enveloppe

pavent le ciel.

Les fenêtres de la veille sont mortes

ouvertes aux couchants.

L'humus de la chambre

un peu tiède comme le cœur

est toujours plein de femmes

qui tricotent en songeant à l'amour.

L'ombre fait un cercle autour de la lampe

et le fourneau est sans doute seul heureux

comment sortir de cette maison

sans avoir l'air gauche, sans mentir

comment jouer le rôle de passant

sans penser à la mort

qui compte mes pas

qui me pousse si je m'arrête

comment croiser ce regard

où elle est déjà montée ?










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Lucien Becker
(1911 - 1984)
 
  Lucien Becker - Portrait  
 
Portrait de Lucien Becker


Biographie

Lucien Becker est un poète rare et sa voix unique fut saluée par Camus, Paulhan, Bousquet, Cadou, Char. Né à Béchy (Moselle), en 1911, mort à Nancy en 1984, il a composé, en marge de la vie littéraire et de ses mouvements, une œuvre brûlante autour du corps de la femme, seul rempart contre le néant.
Résistant pendant la guerre, il ne cessera de résister à la poésie et à ses entours illusoir

L'oeuvre de lucien becker

Lucien Becker n'est peut-être pas le plus grand poète lyrique de son époque; mais il est, sans nul doute, celui qui se sera tenu au plus près du réel, tout en restant farouchement à l'écart de tout artifice. En cela, il aura prolongé la leçon de Reverdy, sa tension nouée, cette écoute des pas, des heures, alors que le silence même est fait de minéral.