Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Gérard de Nerval



Biographie / chronologie de Gérard de Nerval


Poésie / Poémes d'Gérard de Nerval





1808.



22 mai à 20 heures : naissance de Gérard Labrunie, à Paris, 96, rue Saint-Martin.

23 mai : baptême à Saint-Merri.

5 novembre : Marguerite Colon (Jenny Colon) naît à Boulogne-sur-Mer.



1809.



Le Dr Etienne Labrunie,'père de Gérard, médecin militaire, sert à Aukstam, Danzig et Linz. Il est accompagné de sa femme.



1810.



7 avril : les époux Labrunie rejoignent l'armée d'Allemagne, le Dr Labrunie prend la direction de l'hôpital de Hanovre.



6 juin : hôpital de Glogau.

29 novembre : Mme Labrunie (née Marie-Antoinette-Marguerite Laurent) meurt à l'âge de vingt-cinq ans. Elle est inhumée au cimetière catholique polonais de Gross-Glogau. Gérard vit chez son grand-oncle Antoine Boucher, à Mortefontaine.



1812.



10 décembre : É. Labrunie est blessé au pied à Wilna.



1814.



Retour d'É. Labrunie, il habite 72, rue Saint-Martin.



1815.



5 mai : Gérard assiste à la cérémonie de remise des Aigles.

20 mai : É. Labrunie demande sa retraite. Il ouvrira un cabinet de gynécologie.



1820.



30 mai : mort d'Antoine Boucher. Gérard entre comme élève externe au lycée Charlomagne à Paris. Il aura pour condisciples Alexandre Duponcbel, Th. Gautier, Noilly. Il habite chej gon père.



1826.



Les Élégies nationales, L'Académie ou les membres introuvables.

26 août : mort à vingt-cinq ans de la tante Eugénie, sœur de la mère de Gérard.



1827.



Traduction de la première partie du Fausl de Goethe.



1828.



8 août : mort à soixante et onze ans de Marguerite-Victoire Laurent, née Boucher, grand-mère de Gérard.

Gérard est présenté à Victor Hugo. II fréquente Petrus Borel et Célestin Nanteufi.



1829.



Couronne poétique de Béranger. Gérard tire un mélodrame du roman de V. Hugo Han d'Islande.



1830.



25 février : Nerval assiste à la première d'Her--nani.

Fragments de Guy le Rouge (Mercure de France au XIX* siècle). Choix des poésies de Ronsard, etc. Poésies allemandes. Klopslock, Goethe, etc.. ces deux recueils chez Méquignon.

1831. Amitié de Gérard avec Papion Du Château. G. Labrunie adopte le pseudonyme de Nerval du nom d'un clos, prés de Loisy dans le Valois, appartenant à sa famille maternelle. Difficultés avec Harel au sujet du Prince des Sots, reçu à l'Odéon mais non joué.

11 août : Nerval assiste à la première de Marion Delorme.

20 octobre : première représentation à l'Odéon de Charles VII chez ses grands va'saux de Dumas, qui dérive de Lara et de La Dame de Carouges, pièces perdues de Gérard. Novembre : au retour d'un dîner de bousingos, Gérard arrêté pour tapage nocturne (court séjour à Sainte-Pélagie?).



1832.



De 1832 à 1834, Gérard suit les cours de l'École de Médecine.

1er ou 2 février : au moment du complot de la rue des Prouvaires, pris dans une rafle de police,

Êasse dix-huit heures au violon du Palais-Royal-invoyé ensuite à la Préfecture et à Sainte-Pélagie.

Avril 1832 : épidémie de choléra à Paris.

Gérard fait une cinquantaine de visites, seul ou avec son père.

31 mai : mort du mathématicien Évariste Gallois, à la suite de son duel avec Pescheux d'Herbinville. (Gérard avait connu Gallois à

Sainte-Pélagie.)



1833.



31 août-7 septembre : hypothétique voyage A VITRÉ (?).



1834.



19 janvier : mort du grand-père maternel de Gérard, Pierre-Charles-Laurent. L'inventaire de la succession montre que Gérard hérite d'environ 30 000 F dont 20 000 F réalisables.

VOYAGE DANS LE MIDI ET EN ITALIE :

Avignon, Vaucluse, Aix (23 septembre), Antibes, Nice (2 octobre), Gênes, Livourne, Florence (15 octobre), Rome, Civitavecchia où il s'embarque pour Naples (19 au 29 octobre). Marseille du 4 au 11 novembre; démuni d'argent, en demande au notaire MB Mignotte. Revient par Nîmes et Agen.

Fin novembre : Gérard rentre à Paris et s'installe impasse du Doyenné n° 3, chez Camille Rogier : La Bohème du Doyenné.



1835.



Vers la fin de mars, Gérard touche le solde de sa part d'héritage.

Mai : fondation du Monde dramatique. 11 octobre : Sophie de Feuchères prend possession de la maison et du jardin de feu Antoine Boucher.

28 novembre : Bal des truands, impasse du Doyenné.

Faust, 2e édition (Dondey-Dupré). Jenny Colon est engagée à l'Opéra-Comique.



1836.



Mai-juin : Le Monde dramatique passe à d'autre mains.

Gérard aide Alphonse Karr à diriger son Figaro. 22 juillet : Nerval et Gautier signent avec Renduel un contrat pour les Confessions galantes de deux gentilshommes périgourdins. 24 juiilet-25 septembre : voyage en Belgique et peut-être en Angleterre de Gautier et Nerval. Le 26 juillet : Anvers, puis Gand et Bruxelles. Sur le chemin du retour, à Presles, Nerval tombe malade.

25 septembre dans la Chronique de Paris début à'Un lour en Belgique par Th. Gautier. Octobre : début de la collaboration de Nerval à La Charte de 1830, journal soutenant la politique de Guizot, dirigé par Nestor Roqueplan.



1837.



17 juillet : premier feuilleton de critique signé Gérard dans La Presse. Développement de la passion pour Jenny Colon.

31 octobre : première de Piquillo. à l'Opéra-Comique, paroles de Dumas et Gérard (non nommé), musique d'Hippolyte Monpou. Jenny tient le rôle de Silvia.

26 décembre : première représentation, au Théâtre-Français, de Caligula, tragédie en cinq actes et en vers, écrite par Dumas avec la collaboration de Gérard.



1838.



11 avril : mariage de Jenny Colon avec Louis-Marie-Gabriel Leplus, flûtiste à l'Opéra-Comique. Vers le 15 août, départ pour I'allemagne. Séjour à Baden et Strasbourg jusque vers le 12 septembre.

Par Carlsruhe et Mannheim, rejoint Dumas à Francfort où il arrive vers le 14 septembre.

Ensemble visitent la principauté de Hombourg, se documentent sur l'assassinat de Kotzebue par Cari Sand.

Octobre-novembre : Anténor Joly introduit Gérard auprès du comte Walewski.

8 novembre : ouverture du Théâtre de la Renaissance, avec Buy Blas, de Victor Hugo.

16 novembre : A. Joly reçoit Léo Burckarl pour le nouveau Théâtre de la Renaissance.

1839. 10 avril : première de L'AlchimisIe, au Théâtre de la Renaissance.

16 avril : première de Léo Burckarl à la Porte-Saint-Martin, la première pièce est signée du seul Dumas, la seconde est donnée sous le nom de Gérard, elle aura vingt-six représentations. Comme dédommagement pour le retard dans la représentation de Léo Burckarl dû à des difficultés avec la censure, Gérard obtient une mission officieuse en Autriche. Quitte Paris le 31 octobre, atteint Lyon le 1er novembre, arrive à Genève le 3 novembre, y séjourne jusqu'au 5 — passe à Lausanne le 6; est à Berne les 7 et 8; à Aarau et Zurich les 9 et 10; à Constance le 11 — par Lindau, il gagne Augs-bourg le 12, séjourne à Munich probablement du 13 au 17, voit Salzbourg le 17, Linz le 18 et arrive à Vienne le 19 novembre. A Vienne Gérard est reçu à l'Ambassade. Rencontre Marie Playel. Donne quelques articles aux journaux dirigés par Saphir.



1840.



1er-13 mars : Gérard quitte Vienne et, voyageant en partie à pied, faute d'argent, traverse le Wurtemberg et le duché de Bade et atteint Strasbourg. Regagne Paris vers le 19 mars.

Chez Gosselin : Fausl suivi du Second Faust, el Choix de ballades et des poésies de Goethe, Schiller, Burger, Klopstock, Schubart, Kôrner Uhland, etc.. avec une préface importante. Octobre : Gérard part pour la Belgique. Y voyage en attendant la première de Piquillo au Théâtre de la Monnaie à Bruxelles, qui a lieu le 15 décembre (J. Colon y interprète le rôle principal). Le même jour meurt à Londres Sophie Dawes (Mme de Feuchères).



15 décembre : retour des cendres de Napoléon. Selon toute vraisemblance, le 25 décembre au Théâtre de la Monnaie, à Bruxelles, Gérard assiste à la représentation de Roberl-le-Diable, musique de Meyerbeer (Jenny Colon y tient le rôle d'Isabelle).



1841.



21 ou 23 février : première crise de folie de Gérard, on le transporte chez Mm8 de Saint-Marcel, 6, rue de Picpus — à la suite d'une nouvelle crise il est conduit vers le 21 mars chez le Dr Esprit Blanche, rue Traînée à Montmartre, où il restera jusqu'au 21 novembre.



1842.



5 juin : Jenny Colon meurt à Paris.

Dans La Sylphide (24 décembre) : Un roman à faire.

Vers le 23 décembre, Nerval quitte Paris pour Marseille et l'Orient, en compagnie de Joseph Fonfrède.

Le 25 il est à Lyon, le 28 à Marseille.

1843. VOYAGE EN ORIENT.



Le 1er janvier 1843, Nerval s'embarque à bord du Mentor à destination de Malte; le 8, il arrive à La Valette; le 9, il repart sur le Minos en route pour l'Archipel et l'Egypte.

Le 10, à l'aube, il passe près de Cérigo (Cyfhère); le 11 ou le 12, il fait escale a Syra. Le lundi 1G janvier, il arrive à Alexandrie — le 7 février il arrive au Caire.

Il repart du Caire le 2 mai et arrive au Liban vers le milieu du mois. Il tombe malade à Beyrouth.

Il serait reparti de cette ville début juillet, voyant au passage Chypre, Rhodes et Smyrne. Il arrive le 25 juillet à Constantinople, où il reste jusqu'au 28 octobre. Il en repart a bord de VEurotas : le 5 novembre il est o Malte d'où il repart le 16. Du 18 novembre au 1er décembre il séjourne à Naples et arrive le 5 décembre à Marseille. Il passera la Noël à Nîmes, dans la famille de Camille Rogier.



1844.



En septembre : Nerval voyage en Belgique et hollande, en compagnie d'Arsène Hous-saye. Ensemble ils vont à Anvers, La Haye, Harlem, Rotterdam, Amsterdam, où il est le 23 septembre. Collabore régulièrement à L'Artiste.



1845.



15 janvier : assiste, avec Balzac, au mariage de Lingay.

Durant le voyage de Gautier en Algérie, de juin à septembre, Gérard est chargé du feuilleton dramatique de La Presse.

En août, il va passer huit jours à Londres.

Préface pour Le Diable amoureux de Cazotte (Ganivet).



1846.



Le 2 juillet Nerval se fait délivrer un passeport. Peut-être est-il allé en Angleterre ce mois-là? Travaille aux Monténégrins. Promenades aux environs de Paris à partir de cette époque.

6 décembre : La Damnation de Faust de Berlioz (avec des paroles de Gérard) exécuté dans la salle de l'Opéra-Comique.



1847.



Nerval a peut-être séjourné en clinique (chez Mme de Saint-Marcel, rue de Picpus), au mois de mars.

En août : voyage au havre.



1848.



Scènes de la vie orientale. Les Femmes du Caire — (Ferdinand Sartorius.)

Traductions des Poésies de Henri Heine {Revue des Deux Mondes, juillet et septembre). Collaboration au Journal d'A. Karr à partir du 28 juillet. Ce journal soutient la candidature de Cavaignac à la présidence.



1849.



31 mars : création à l'Opéra-Comique des Monténégrins, musique de Limnander. Publié en volume chez M. Levy.

Crise nerveuse en avril-mai, Gérard est soigné par le Dr Ley puis loge chez le Dr Aussandon. En mai-juin voyage a londres, avec Gautier : ils y rencontrent Dickens et Thackeray. Le Marquis de Fayolle {Le Temps, du 1er mars au 16 mai, roman demeuré inachevé). Le Diable rouge, almanach cabalistique pour 1850 (Aubert, Martinon et Dumineray).



1850.



Scénario d'un opéra-comique, La Main de gloire.



13 mai : création à l'Odéon du Chariot d'enfant du roi Soudraka, adaptation de Nerval et J. Méry. (En volume, chez Giraud et Dagneau.) Les Nuits du Ramazan, tiré à part du feuilleton du National (E. Prost).

Scènes de la vie orientale : Les Femmes du Caire (Souverain).

Scènes de la vie orientale : Les Femmes du Liban (Souverain).

Faust (Bry). Collaboration à La Revue comique à l'usage des gens sérieux, publication antibonapartiste de Dumineray. En juin, Nerval est soigné par le Dr Aussandon. En août et septembre voyage en Allemagne, va jusqu'à Leipzig, revient par Bruxelles, rentre entre le 20 et le 22 septembre. Le 20 novembre, il reçoit congé de son logement de la rue Saint-Thomas-du-Louvre.



1851.



Le 28 janvier, Gérard passe traité avec Charpentier pour l'édition définitive du Voyage en Orient — l'ouvrage sera annoncé à la Bibliographie de la Francele 14 juin.

En février, voyage en touraine.

En septembre, entre en pourparlers avec Marc Fournier, directeur de la Porte-Saint-Martin, pour L'Imagier de Harlem. Travaille à une traduction de Misanthropie et Repentir de Kotzebue, commandée par son ami A. Houssaye, qui est administrateur de la Comédie-Française. Le 24 septembre, fait une dangereuse chute; malade jusqu'à la fin de novembre, séjourne Probablement à Passy chez le Dr Blanche. 7 décembre : Première de L'Imagier de Harlem. (La pièce est publiée en volume à la Librairie théâtrale, 1831 et 1852.) Elle aura vingt-sept représentations.



1852.



Au début de Tannée, Nerval souffrant d'un érésipèle et d'une « fièvre chaude », est hébergé par son ami Stadler. Il est hospitalisé à la maison de santé municipale, pour le même motif, du 23 janvier au 13 février. Il quitte Paris vers le 6 mai et voyage en hollande, peut-être en compagnie de Houssaye. A Bruxelles, il voit Dumas et divers exilés. Le 12 il est à Anvers. H visite La Haye, Amsterdam, Zaandam, le 17 Amsterdam, voyage en bateau sur la mer de Zélande le 21. Le 22 mai il est à Gand, le 23 à Lille.

Cette année paraissent : La Bohème galante, (L'Artiste, juillet à décembre); Lorelg, Souvenirs d'Allemagne (Giraud et Dagneau); Les Illuminés (V. Lecou); Faust, précédé de la légende populaire de Johann Faust, l'un des inventeurs de l'Imprimerie (Bry); Les Nuits' d'octobre {L'Illustration, 11, 23, 30 octobre, 6 et 13 novembre); Contes et facéties (Giraud et Dagneau). En dépit de cet incessant labeur, Gérard se trouve à la fin de l'année dans un tel état de détresse matérielle et morale qu'il adresse au ministère une demande de secours.



1853.



En janvier Petits Châteaux de Bohême.

Au début de l'année, Gérard travaille à Sglvie. Il séjourne à la maison de santé municipale (maison Dubois) du 6 février au 27 mars 1853. Sglvie paraît le 15 août dans la Revue des Deux Mondes.

Une crise se déclare au soir du 25 août, il est conduit à l'hôpital de la Charité et le 27, il entre chez le Dr Blanche. Fin septembre, une sortie prématurée est suivie d'une rechute. Le 8 octobre les meubles de Gérard sont amenés à Passy. Il s'y installe, le 12 dans un état de délire furieux.

Le 10 décembre paraît dans Le Mousquetaire le désinvolte article de Dumas, présentant El Desdichado.

Gérard se hâte de réunir ses écrits et publie Petits Châteaux de Bohême — il prépare Les Filles du feu.



1854.



Les Filles du feu (Giraud) avec Les Chimères. Termine la traduction de Misanthropie el Repentir de Kotzebue.

Le 14 mars, Gérard est chargé de mission en Orient mais il renonce à la somme de six cents francs qui lui a été allouée à cet effet, l'état de sa santé ne lui permettant plus de s'éloigner trop de la France.



Le 27 mai, il quitte la maison du D1 Blanche et part aussitôt pour I'allemagne; les étapes de son voyage comprendront Strasbourg, Baden, Carlsruhe, Bruchsal, Stuttgart, Munich, Augs-bourg, Donauwerth, Nuremberg (du 21 au 24 juin), Neuenmarkt, Leipzig. Peut-être à la suite d'un pèlerinage qui a pu le conduire jusqu'à Glogau, Nerval a une grave rechute.

Le 8 juillet il est à Weimar, où il ne fait qu'entrevoir Liszt; puis il gagne Gotha, Cassel, Francfort, rentre en France par Forbach le 18 juillet. Il est à Paris vers le 20 juillet.

Dès le 6 ou le 8 août, il doit rentrer chez le Dr Blanche. Il travaille à Aurélia et supporte mal la privation de liberté. Une intervention du Comité de la Société des gens de lettres provoque sa sortie de clinique le 19 octobre, à l'entrée de la mauvaise saison. Il n'a pas de domicile fixe. Le 31 octobre, Dumas dans Le Mousquelaire publie une partie de Pandora.



1855.



Gérard mène une existence vagabonde. Ne parvient pas à trouver de l'argent, même pour subsister.

Le 25 janvier il gèle à 18 degrés sous zéro, la ville est sous la neige. A l'aube du 26 janvier, Gérard se pend rue de la Vieille-Lanterne. Ses obsèques ont lieu le 30 janvier.

Promenades el Souven irs (L'Illustration, 30 décembre 1854; 6 janv., 3 février 1855); Aurélia ou le Rêve et la Vie (Revue de Paris, 1 janvier, 15 février 1855); « Desiderata », lettres à Aurélia (Revue de Paris, 15 mars 1855); La Rohème galante (Michel Lévy); Le Rêve el la Vie (V. Lecou); Scènes de la vie orientale (V. Lecou).









Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Gérard de Nerval
(1808 - 1855)
 
  Gérard de Nerval - Portrait  
 
Portrait de Gérard de Nerval


Biographie / chronologie

1808.

Œuvre

Si l'on excepte divers ouvrages dramaturgiques (Lara, 1833!; Léo Burckhart, 1839), l'œuvre de Nerval est essentiellement romanesque et poétique.