Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Victor Hugo

Napoléon iii - Chanson


Chanson / Poémes d'Victor Hugo





Donc c'est fait.
Dût rugir de honte le canon.

Te voilà, nain immonde, accroupi sur ce nom!

Cette gloire est ton trou, ta bauge, ta demeure!

Toi qui n'as jamais pris la fortune qu'à l'heure.

Te voilà presque assis sur ce hautain sommet!

Sur le chapeau d'Essling tu plantes ton plumet;

Tu mets, petit
Poucet, ces bottes de sept lieues;

Tu prends
Napoléon dans les régions bleues;

Tu lais travailler l'oncle, et, perroquet ravi,

Grimper à ton perchoir l'aigle de
Mondovi!

Thcrsite est le neveu d'Achille
Péliade!

C'est pour toi qu'on a lait toute cette
Iliade!

C'est pour toi qu'on livra ces combats inouïs!

C'est pour toi que
Murât, aux russes éblouis,

Terrible, apparaissait, cravachant leur année!

C'est pour toi qu'à travers la llainmc et la fumée

Les grenadiers pensifs s'avançaient à pas lents!

C'est pour toi que mon père et mes oncles vaillants2

Ont répandu leur sang dans ces guerres épiques!

Pour toi qu'ont fourmillé les sabres et les piques.

Que tout le continent trembla sous
Attila,

ht que
Londres frémit, et que
Moscou brûla!

C'est pour toi, pour tes
Deutz et pour tes
Mascarilles.

Pour que tu puisses boire avec de belles filles,

Et, la nuit, t'attabler dans le
Louvre à l'écart.

C'est pour monsieur
Fialin et pour monsieur
Mocquart,

Que
Larmes d'un boulet eut la cuisse coupée,

Que le front des soldats, entr'ouvert par l'épée,

Saigna sous le shako, le casque et le colback.

Que
Lasalle à
Wagram,
Duroc à
Reichenbach,

Expirèrent frappés au milieu de leur route,

Que
Gaulaincourt tomba dans la grande redoute,

Et que la vieille garde est morte à
Waterloo!

C'est pour toi qu'agitant le pin et le bouleau,

Le vent fait aujourd'hui, sous ses âpres haleines.

Blanchir tant d'ossements, hélas! dans tant de plaines!

Faquin! —
Tu t'es soudé, chargé d'un vil butin,

Toi, l'homme du hasard, à l'homme du destin!

Tu fourres, impudent, ton front dans ses couronnes!

Nous entendons claquer dans tes mains fanfaronnes

Ce fouet prodigieux cjui conduisait les rois;

Et tranquille, attelant à ton numéro trois

Austerlitz,
Marengo,
Rivoli,
Saint-Jean-d'Acre,

Aux chevaux du soleil tu fais traîner ton fiacre!



Jersey.
Décembre 1852.






Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Victor Hugo
(1802 - 1885)
 
  Victor Hugo - Portrait  
 
Portrait de Victor Hugo


Biographie / Œuvres

C'est Hugo qui, sans doute, a le mieux incarné le romantisme: son goût pour la nature, pour l'exotisme, ses postures orgueilleuses, son rôle d'exilé, sa conception du poète comme prophète, tout cela fait de l'auteur des Misérables l'un des romantiques les plus purs et les plus puissants qui soient. La force de son inspiration s'est exprimée par le vocabulaire le plus vaste de toute la littérature

Chronologie

1802
— Naissance le 26 Février à Besançon. Il est le troisième fils du capitaine Léopold Hugo et de Sophie Trébuchet. Suivant les affectations du père, nommé général et comte d'Empire en 1809, la famille Hugo s'établit en Italie, en Espagne, puis à Paris.

Chronologie historique

1848

Bibliographie sÉlective