Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Victor Hugo

A des journalistes de robe courte - Poéme


Poéme / Poémes d'Victor Hugo





Parce que, jargonnant vêpres, jeûne et vigile.
Exploitant
Dieu qui rêve au fond du
Firmament,
Vous avez, au milieu du divin évangile.
Ouvert boutique ellrontément;



Parce que vous feriez prendre à
Jésus la verge,
Cyniques brocanteurs sortis on ne sait d'où;
Parce que vous allez vendant la sainte vierge
Dix sous avec miracle, et sans miracle un sou;



Parce que vous contez d'effroyables sornettes
Qui
Font des temples saints trembler les vieux piliers;
Parce que votre style éblouit les lunettes
Des duègnes et des marguilliers;



Parce que la soutane est sous vos redingotes,
Parce que vous sentez la crasse et non l'œillet2,
Parce que vous bâclez un journal de bigotes
Pensé par
Escobar, écrit par
Patouillet';



Parce qu'en balayant leurs portes, les concierges
Poussent dans le ruisseau ce pamphlet méprisé;
Parce que vous mêlez à la cire des cierges
Votre affreux suif vert-de-grisc;



Parce qu'à vous tout seuls vous faites une espèce1 ;
Parce qu'enfin, blanchis dehors et noirs dedans2.
Criant mea culpa, battant la grosse caisse,
La bouc au coeur, la larme à l'oeil, le fifre aux dents.

Pour attirer les sots qui donnent tête-bêche
Dans tous les vils panneaux du mensonge immortel.
Vous avez adossé le tréteau de
Bobèche
Aux saintes pierres de l'autel,

Vous vous croyez le droit, trempant dans l'eau bénite
Cette griffe qui sort de votre abject pourpoint.
De dire :
Je suis saint, ange, vierge et jésuite.
J'insulte les passants et je ne me bats point!

O pieds plats! votre plume au fond de vos masures
Griffonne, va, vient, court, boit l'encre, rend du fiel.
Bave, égratigne et crache, et ses éclaboussures
Font des taches jusques au ciel!

Votre immonde journal est une charretée
De masques déguisés en prédicants camus.
Qui passent en prêchant la cohue ameutée
Et qui parlent argot entre deux oremus.

Vous insultez l'esprit, l'écrivain dans ses veilles,
Et le penseur rêvant sur les libres sommets;
Et quand on va chez vous pour chercher vos oreilles.
Vos oreilles n'y sont jamais.

Après avoir lancé l'affront et le mensonge.
Vous fuyez, vous courez, vous échappez aux yeux.
Chacun a ses instincts, et s'enfonce et se plonge.
Le hibou dans les trous et l'aigle dans les cieux!



Vous, où vous cachez-vous? dans quel hideux repaire?
O
Dieu! l'ombre où l'on sent tous les crimes passer
S'y fait autour de vous plus noire, et la vipère
S'y glisse et vient vous y baiser.

Là vous pouvez, dragons qui rampez sous les presses.
Vous vautrer dans la lange où vous jettent vos goûts.
Le sort qui dans vos coeurs mit toutes les bassesses
Doit faire en vos taudis passer tous les égouts.

Bateleurs de l'autel, voilà quels sont vos rôles.
Et quand un galant homme à de tels compagnons
Fait cet immense honneur de leur dire :
Mes drôles,
Je suis votre homme; dégainons!


Un duel! nous! des chrétiens! jamais! —
Et ces crapules
Foth des signes de croix et jurent par les saints.
Lâches gueux, leur terreur se déguise en scrupules.
Et ces empoisonneurs ont peur d'être assassins.

Bien, écoutez : la trique est là, fraîche coupée.
On vous fera cogner le pavé du menton;
Car sachez-le, coquins, on n'esquive l'épée
Que pour rencontrer le bâton.

Vous conquîtes la
Seine et le
Rhin et le
Tage.
L'esprit humain rogné subit votre compas.
Sur les publicains juifs vous avez l'avantage,
Maudits!
Judas est mon.
Tartuffe ne meurt pas.

Iago n'est qu'un fat près de votre
Basile.

La bible en vos greniers pourrit mangée aux vers.

Le jour où le mensonge aurait besoin d'asile,

Vos coeurs sont là, tout grands ouverts.



Vous insultez le juste abreuvé d'amertumes.
Tous les vices, quittant veste, cape et manteau,
Vont se masquer chez vous et trouvent des costumes.
On entre
Lacenaire, on sort
Contrafatto.

Les âmes sont pour vous des bourses et des banques.
Quiconque vous accueille a d'affreux repentirs.
Vous vous faites chasser, et par vos saltimbanques
Vous parodiez les martyrs.

L'église du bon
Dieu n'est que votre buvette.
Vous offrez l'alliance à tous les inhumains.
On trouvera du sang au fond de la cuvette
Si jamais, par hasard, vous vous lavez les mains.

Vous seriez des bourreaux si vous n'étiez des cuistres.
Pour vous le glaive est saint et le supplice est beau.
O monstres! vous chantez dans vos hymnes sinistres
Le bûcher, votre seul flambeau!

Depuis dix-huit cents ans
Jésus, le doux pontife,
Veut sortir du tombeau qui lentement se rompt,
Mais vous faites effort, ô valets de
Caïphe,
Pour faire retomber la pierre sur son front!

O cafards! votre échine appelle l'étrivière.
Le son juste et railleur fait chasser
Loyola
De
France par le fouet d'un pape, et de
Bavière
Par la cravache de
Lola.

Allez, continuez, tournez la manivelle
De votre impur journal, vils grimauds dépravés;
Avec vos ongles noirs grattez votre cervelle;
Calomniez, hurlez, mordez, meniez, vivez!



Dieu prédestine aux dents des chevreaux les brins

[d'herbes,
La mer aux coups de vent, les donjons aux boulets,
Aux rayons du soleil les parthénons superbes.
Vos faces aux larges soufflets.

Sus donc! cherchez les trous, les recoins, les cavernes!
Cachez-vous, plats vendeurs d'un fade orviétan,
Pitres dévots, marchands d'infâmes balivernes,
Vierges comme l'eunuque, anges comme
Satan!

O saints du ciel! est-il, sous l'œil de
Dieu qui règne,
Charlatans plus hideux et d'un plus lâche esprit,
Que ceux qui, sans
Irémir, accrochent leur enseigne
Aux clous saignants de
Jésus-Christ!



Septembre 1850.






Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Victor Hugo
(1802 - 1885)
 
  Victor Hugo - Portrait  
 
Portrait de Victor Hugo


Biographie / Œuvres

C'est Hugo qui, sans doute, a le mieux incarné le romantisme: son goût pour la nature, pour l'exotisme, ses postures orgueilleuses, son rôle d'exilé, sa conception du poète comme prophète, tout cela fait de l'auteur des Misérables l'un des romantiques les plus purs et les plus puissants qui soient. La force de son inspiration s'est exprimée par le vocabulaire le plus vaste de toute la littérature

Chronologie

1802
— Naissance le 26 Février à Besançon. Il est le troisième fils du capitaine Léopold Hugo et de Sophie Trébuchet. Suivant les affectations du père, nommé général et comte d'Empire en 1809, la famille Hugo s'établit en Italie, en Espagne, puis à Paris.

Chronologie historique

1848

Bibliographie sÉlective