Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Théophile Gautier

Caerulei oguli - Poéme


Poéme / Poémes d'Théophile Gautier






Une femme mystérieuse,

Dont la beauté trouble mes sens.
Se tient debout, silencieuse,
Au bord des flots retentissants.


Ses yeux, où le ciel se reflète,
Mêlent à leur azur amer,
Qu'étoile une humide paillette,
Les teintes glauques de la mer.

S
Dans les langueurs de leurs prunelles,

Une grâce triste sourit ;
Les pleurs mouillent les étincelles
Et la lumière s'attendrit ;


Et leurs cils comme des mouettes
Qui rasent le flot aplani,
Palpitent, ailes inquiètes,

Sur leur azur indéfini.


Comme dans l'eau bleue et profonde,
Où dort plus d'un trésor coulé.
On y découvre à travers l'onde

La coupe du roi de
Thulé'.


Sous leur transparence verdàtre,
Brille parmi le goémon,
L'autre perle de
Cléopàtre
Près de l'anneau de
Salomon.


La couronne au gouffre lancée
Dans la ballade de
Schiller,

Sans qu'un plongeur l'ait ramassée,
Y jette encor son reflet clair.


Un pouvoir magique m'entraîne
Vers l'abîme de ce regard,
Comme au sein des eaux la sirène
Attirait
Harald
Harfagar.


Mon âme, avec la violence
D'un irrésistible désir,

Au milieu du gouffre s'élance
Vers l'ombre impossible à saisir.


Montrant son sein, cachant sa queue,
La sirène amoureusement

Fait ondoyer sa blancheur bleue
Sous l'émail vert du flot dormant.


L'eau s'enfle comme une poitrine
Aux soupirs de la passion ;

Le vent, dans sa conque marine,
Murmure une incantation.

«
Oh ! viens dans ma couche de nacre,
Mes bras d'onde t'enlaceront ;

Les flots, perdant leur saveur acre.
Sur ta bouche, en miel couleront.

«
Laissant bruire sur nos têtes,
La mer qui ne peut s'apaiser,
Nous boirons l'oubli des tempêtes
Dans la coupe de mon baiser. »


Ainsi parle la voix humide
De ce regard céruléen,

Et mon cœur, sous l'onde perfide,
Se noie et consomme l'hymen.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Théophile Gautier
(1811 - 1872)
 
  Théophile Gautier - Portrait  
 
Portrait de Théophile Gautier


Biographie

Théophile Gautier fait ses études aux lycées Louis-le-Grand et Charlemagne. Il se lie avec Gérard de Nerval, qui l'introduit dans les milieux littéraires. Optant pour la poésie, Gautier fonde le 'Petit Cénacle' en 1830 et publie son premier recueil de Poésies. En 1833, un recueil de contes 'Les Jeune-France' et la préface de son premier roman 'Mademoiselle de Maupin' (1835) dénoncent avec esprit e

Orientation bibliographique

Diverses notices me font naître à Tarbes, le 31 août 1808. Cela n'a rien d'important, mais la vérité est que je suis venu au monde où je devais faire tant de copie, le 31 août 1811... - Ses ascendants proviennent de tous les coins de France. Pierre-Julcs-Théophile aura deux sœurs cadettes qui ne le lâcheront plus jusqu'à sa mon. Son père étant nommé chef de bureau aux octrois de Paris en 1814, les