Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Paul Eluard

Telle femme - Poéme


Poéme / Poémes d'Paul Eluard





Veux-tu voir

La forme obscure du soleil

Les contours de la vie

Ou bien te laisser éblouir

Par le feu qui mêle tout

Le flambeau passeur de pudeurs

En chair en or ce beau geste



L'erreur est aussi inconnue

Que les limites du printemps

La tentation est prodigieuse

Tout se touche tout te traverse

Ce ne fut d'abord qu'un tonnerre d'encens

Ce que tu aimes le plus

La louange belle à quatre

Belle nue immobile

Violon muet mais palpable

Je te parle de voir



Je te parlerai de tes yeux
Sois sans visage si tu veux
De leur couleur contre le gré



Des pierres lumineuses

Décolorées

Devant l'homme que tu conquiers

Son enthousiasme aveugle

Règne naïvement comme une source

Dans le désert

Entre les plages de la nuit et les vagues du jour
Entre la terre et l'eau
Nulle ride à combler
Nul chemin possible

Entre tes yeux et les images que j'y vois

Il y a tout ce que j'en pense

Moi-même indéracinable

Comme une plante qui s'amasse

Qui simule un rocher parmi d'autres rochers

Ce que je porte de certain

Toi tout entière

Tout ce que tu regardes

Tout

Ceci est un bateau

Qui va sur une rivière douce

II porte des femmes qui jouent

Et des graines qui patientent

Ceci est un cheval qui descend la colline

Ou bien une flamme qui s'élève

Un grand rire pieds nus dans une cour misérable

Un comble de l'automne des verdures amadouées

Un oiseau acharné à mettre des ailes à son nid

Un matin qui disperse des lampes de rosée

Pour éveiller les champs



Ceci est une ombrelle

Et ceci la toilette

D'une dentellière plus séduisante qu'un bouquet

Au son des cloches de l'arc-en-ciel

Ceci déjoue l'immensité

Ceci n'a jamais assez de place

La bienvenue est toujours ailleurs

Avec la foudre avec le flot

Qui s'accompagnent

De méduses et d'incendies

Complaisants à merveille

Ils détruisent l'échafaudage

Surmonté d'un triste drapeau de couleur

Une étoile limite

Dont les doigts sont paralysés



Je parle de te voir

Je te sais vivante

Tout existe tout est visible

Il n'y a pas une goutte de nuit dans tes yeux

Je vis dans une lumière exclusive la tienne.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Paul Eluard
(1895 - 1952)
 
  Paul Eluard - Portrait  
 
Portrait de Paul Eluard


Biographie / Œuvres

Eugène Grindel, dit Paul Eluard est né en 1895 à Saint-Denis. En décembre 1912, il doit interrompre ses études , et se rend en Suisse, pour soigner une tuberculose. Il y fait la connaissance d'une jeune fille russe, Helena Dmitrievna Diakonava, dont il tombe amoureux. Il la surnomme Gala et l'épouse en 1916.