Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Paul Eluard

Rien d'autre - Poéme


Poéme / Poémes d'Paul Eluard





Erre tu rencontreras

Toutes les femmes que tu voudras

La passante interdite et charnue dans le soleil

Dans les neiges des prairies creuse un bain de son

Où les miroirs volants viennent boire

Il faut voir s'ouvrir aussitôt

Les lèvres mouillées du printemps

Multitude candide

Les semelles du jour les toits sont négligeables

On les compte pour de l'ombre pour des tombes stériles

Mon paysage féminin a d'autres nids

Tremblants de rires enflammés et de délices douloureuses

D'autres fenêtres où le vent

Agite la chaleur rectangulaire dans ses draps frais

Mon paysage féminin a tous les charmes



Puisqu'il est notre paysage

Ses yeux ce sont nos yeux

Ses seins ce sont nos seins

Soigneusement dressés à se confondre

Un bas plus haut que l'autre nuage c'est le nôtre

Ta nudité lumière me dénude

Il n'y a pas un doigt de mon corps loin de toi

Je ne peux pas abattre la nature entière

Une palme convenue

Se débat sous les pieds de la passante involontaire
Pendant que le moulin des fruits piétine la fleur sa servante.



Puis le fruit défloré

Une femme qui se retourne lasse et lente

Nuit après nuit dans tous mes rêves

La vie imposée par la nuit

Une femme qui prend sa source dans mon sommeil

Mon vœu d'aimer

Mon désir de ne pas changer

Elle est le poids perdu des ailes

L'étoile qui ne s'efface qu'au point mort de la flèche.













Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Paul Eluard
(1895 - 1952)
 
  Paul Eluard - Portrait  
 
Portrait de Paul Eluard


Biographie / Œuvres

Eugène Grindel, dit Paul Eluard est né en 1895 à Saint-Denis. En décembre 1912, il doit interrompre ses études , et se rend en Suisse, pour soigner une tuberculose. Il y fait la connaissance d'une jeune fille russe, Helena Dmitrievna Diakonava, dont il tombe amoureux. Il la surnomme Gala et l'épouse en 1916.