Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Paul Eluard

Marines - Poéme


Poéme / Poémes d'Paul Eluard





I



Je me suis pris à caresser
La mer qui hume les orages



II



Ma bouche au ras des flots buveuse de paroles

Prenant l'or au soleil sur un chemin d'or chaud

Comme foule pressée entraînée exaltée

Les vagues les étés dans cet arbre ajouré

Dans cet arbre accessible aux couleurs et aux hommes

Leur azur leur ciel pur le mélange des eaux

Leur dentelle et la flamme du matin désert

Deux vallées trois sommets s'unissent font la chaîne

L'océan qui me mène a le destin du ciel

Et la vague initiale amenuise un nuage.



III



Miroir ouvert sur ces oiseaux uniques
Qui tremblent d'aise à chaque goutte d'eau.



IV



L'herbe grande d'océan
Sur les sables assoupis

La fleur de fille marine
Les astres vierges en fête
Midi blanc dans les fonds noirs
Et dans le filet l'hiver

L'injure jetée au vent À la vague du tombeau.

Tout au plus un navire
Tout au plus un navire à demi englouti
Comme un poignard dans sa blessure
Connaît encore l'ombre

Tout au plus un radeau

La mort simple

Et la mer est plus vide qu'un ivrogne pauvre.



VI



Dernière vague ivresse de vieillard

Les solubles coteaux et la lune risible

N'ont trouvé dans mon cœur qu'un espace restreint

Et la mer dans le ciel n'est qu'une goutte d'eau.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Paul Eluard
(1895 - 1952)
 
  Paul Eluard - Portrait  
 
Portrait de Paul Eluard


Biographie / Œuvres

Eugène Grindel, dit Paul Eluard est né en 1895 à Saint-Denis. En décembre 1912, il doit interrompre ses études , et se rend en Suisse, pour soigner une tuberculose. Il y fait la connaissance d'une jeune fille russe, Helena Dmitrievna Diakonava, dont il tombe amoureux. Il la surnomme Gala et l'épouse en 1916.