Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Paul Eluard

Le sablier vide - Poéme


Poéme / Poémes d'Paul Eluard





Offerte au renard parti depuis longtemps

Par les rues encombrées

Reprenant

Ce qu'elle avait donné de plus précieux

Le sang ne tachait plus jamais sa robe

Il y eut plusieurs de ses amis pour le remarquer



Des fleurs pareilles à des souliers
Dans la montagne
Faisant corps avec les roches tendres
Ou bien dans les bois de grande chasse



Dans les buissons proposés aux lumières
Comme un os à la gueule éblouissante des chiens
Une toute petite maison cartilage
Fascinait encore quelques crocs nouveaux
Tendus vers la première proie



Au milieu de la salle d'honneur désaffectée
De grands bambins croissaient
Encouragés par leurs nourrices et leurs mamans
Des saintes obscènes



Ils ressemblaient à des dindons géants
Leurs coquilles natales à leurs pieds

Les tulipes des cafés se fanaient

Je répète qu'il était huit heures du matin

Une heure à s'en aller par les rues maintenant vides

Comme des cendriers propres.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Paul Eluard
(1895 - 1952)
 
  Paul Eluard - Portrait  
 
Portrait de Paul Eluard


Biographie / Œuvres

Eugène Grindel, dit Paul Eluard est né en 1895 à Saint-Denis. En décembre 1912, il doit interrompre ses études , et se rend en Suisse, pour soigner une tuberculose. Il y fait la connaissance d'une jeune fille russe, Helena Dmitrievna Diakonava, dont il tombe amoureux. Il la surnomme Gala et l'épouse en 1916.