Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Paul Eluard

Disparition - Poéme


Poéme / Poémes d'Paul Eluard





Ta tête au premier plan

Est fort bien accueillie par la nuit qui s'écroule

Ta tête émerveillée émue

Extrême frémissant

Se compare sans coquetterie

A la foudre globulaire

Pas une goutte de pluie

Les condiments en puissance d'orage

Font que le ciel difforme retourne à ses boissons gelées

Ta tête violemment tendre

Telle une capucine lumineuse

Laisse la terre à ses secrets

Ta tête délicate et faible

Cette grande déshéritée

Ou fait-on ce silence qui la persuade

Que sa naissance a prévalu

Pour toujours sur sa vie

Mais tes yeux

Tes yeux ont contredit les puits lunaires

Les échafaudages solaires

Tous les systèmes d'apparitions intermittentes.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Paul Eluard
(1895 - 1952)
 
  Paul Eluard - Portrait  
 
Portrait de Paul Eluard


Biographie / Œuvres

Eugène Grindel, dit Paul Eluard est né en 1895 à Saint-Denis. En décembre 1912, il doit interrompre ses études , et se rend en Suisse, pour soigner une tuberculose. Il y fait la connaissance d'une jeune fille russe, Helena Dmitrievna Diakonava, dont il tombe amoureux. Il la surnomme Gala et l'épouse en 1916.