Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Michel Leiris

Le chasseur de têtes - Poéme


Poéme / Poémes d'Michel Leiris





Fétiche de l'ombre

le soleil vêtu de peaux de bêtes et de plumes de couleur stoppe craintivement au bord de ton obscurité respectant le tabou des nuits que seule traverse la jolie biche lunaire à la recherche de ses faons



Longs tubes rigides guidant le souffle des gravitations

à coups de sarbacanes dorées

il lance ses tiges ses pointes empoisonnées

à travers la forêt vierge de la terre

dont les épines serrées laissent à peine transparaître

la lueur d'escarboucle du gibier

œil du joyau que les rayons voudraient déraciner



La nuit m'entr'ouvre la mollesse de ses arcanes mais à ses pentacles grésillant de feux je préfère le pentagramme de ton corps
Cinq sens
Cinq tentacules
La pieuvre gonfle ses bras de sang mais combien j'aime mieux le bijou lourd de tes entrailles que jamais lumière ne pénètre



sinon l'ivoire constellé

à la minute où la faune mystérieuse d'un pays ignoré

vient boire à notre source



Cinq tentacules
Cinq lames d'acier
Dans la rivière intarissable roulent des têtes coupées celles des hommes qu'un joug fatal a décimés dans une nuit de bataille où les menaces des sorciers se confondaient avec le râle des fleurs et le gémissement

sourd des écorces criblées d'entailles
Un continent fané s'émiettait dans la mer et ses burgs superposaient leur forme poudreuse à celle des récifs grinçant comme des ponts-levis
Dans les verres tournoyait un
Maelstrom amer des dents de fauve au cou des cannibales s'entrechoquaient mais dans la crique joyeuse l'algue de ta bouche me

forçait à descendre vers la profondeur parce que la courbe de tes lèvres inscrite en rose sur la

carène sombre d'une épave venait de reproduire la pente où j'aime à me sentir glisser



Cinq lames d'acier
Cinq fûts d'alcool

Le soleil vide à pleins seaux ses barils défoncés

la nuit s'endort sous l'arche d'un pont comme un

ivrogne ou bien un vagabond sans feu ni domicile les vieux totems ont froid sous leurs pelages mal attachés par la superstition des hommes quant à moi je me sens lentement descendre



descendre non comme un homme qui descend l'escalier mais comme un souverain dont l'étoile décline une pirogue emportée sur un courant rapide un vautour qui cesse de planer



Cinq fûts d'alcool
Cinq perles à glaner
Descendre comme un astre ou comme un chevalier un puits dont la margelle de pierre domine le vieux hall où les armures se rouillent et prennent la teinte des

verrous mouillés quand des pigments rougeâtres déploient sur les peaux

leur éventail sinistre



Luisante panthère du ciel

je voudrais toujours descendre

pareil au fer d'une bêche qui coupe dans la terre le

sillon rectangulaire des tombes descendre dans cette nuit plus bas que les tropiques

souterrains du haut du pôle de la tête toujours plus bas toujours plus haut pour découvrir l'amertume fulgurante et la magie d'un

corps nouveau












Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Michel Leiris
(1901 - 1990)
 
  Michel Leiris - Portrait  
 
Portrait de Michel Leiris


La vie et l\'Œuvre de michel leiris

Né à Paris en 1901, Michel Leiris commence à écrire vers l'âge de vingt ans, bientôt soutenu par son aîné, le peintre André Masson, qui lui découvre tout un univers. Dès 1924, l'année où André Breton publie le Manifeste du surréalisme, il participe à ce mouvement, dont il se séparera en 1929, sans renoncer aux buts de total affranchissement psychologique et social que les surréalistes s'étaient as

Biographie / bibliographie

20 avril 1901 Naissance à Paris