Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jean de Bosschère

Quand les soirs - Poéme


Poéme / Poémes d'Jean de Bosschère





Quand, les soirs, les repas languissent.
Quittant sous les solives noires
La déroute de la table de chêne,
Témoin géographique du potager.




Je n'ai pas touché aux vins,
Ma vision sera pure :

Des lentilles de cristal

Des gestes de couleuvres. —

Alors le museau du chien et ses yeux

Une nouvelle fois me font l'ardente question

Le noyau de sa peine semble sucre,

Mais ses regards d'onyx continuent d'aspirer



Liberté !

Grand chien tu n'es pas une personne,

Ni un client, ni un vendeur,

Ni prêtre, artiste, marchand ou maître.

Bienheureux anéantissement

Soit au chien et à l'homme

Confondus à l'éternité

qui est ce jour-ci.

Puis au-dessus des passiflores et des pins


Comme jadis de ma toiture appienne,
Au-dessus du tombeau de
Pompée —



Je vois le ru garde par six rossignols

qui ne vivent pas dans un mensonge balancé,

Et le merle qui brode une natte sonnante

Aux peuples illuminés des étoiles.

Ni poivre, ni piment, ni curry,

Enfin ce sera le soir clair

Où des deux poings

A la gorge, j'étoufferai les fils du ciel

Les pères de l'histoire, les blattes du passé,

J'assassinerai l'homme des multiplications,

Cyclone d'étincelles sans demeure.

Je serai pur dans l'incendie,

Sacrifice rouge du dieu des échanges.

Participant au silence grondant,

Noyé dans l'éternité présente,

Et confondu à la mort :

Au
Jugement dernier

Je serai la substance de la lumière.




Car je n'ai pas touché aux drogues,

Me tenant droit

Dressé mieux que l'idiot ineffable

Sous l'ondée de la pitié religieuse

Des convives très domestiqués.

Dressé

Actif

Dans la barbarie de toutes les négations

J'attends.












Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jean de Bosschère
(1878 - 1953)
 
  Jean de Bosschère - Portrait  
 
Portrait de Jean de Bosschère


Biographie

Au début de 1915, Boschère quitte la Belgique occupée pour Londres, où il lie son sort à celui des Imagistes anglo-américains : The Closed Door (1917) et Job le Pauvre (1922), parus à Londres, obéissent aux préceptes de la nouvelle école, mais disent surtout la découverte de la révolte comme progrès spirituel. Après avoir voyagé en Italie, Boschère s'installe à Paris, où paraît, en 1927, Marthe et

Chronologie jean de boschere

1878 — Naissance à Uccle, près de Bruxelles, de Jean de Boschère.
1884-1894 — La famille s'installe à Lierre dans la Campinc, époque de laquelle Boschère tirera l'un de ses grands romans : Marthe et l'Enragé.
1894 — Installation à Anvers et entrée à l'Académie des beaux-arts, en 1898.
1900-1905 — Premiers voyages à Paris.
1905-1909 — Publication d'une série d'ouvrages s

Boschere vu par...

« C'est la vie soufrée de la conscience qui remonte au jour avec ses lumignons et ses étoiles, ses tanières, son firmament, avec la vivacité d'un pur désir, avec son appel à une mort constante avoisinant la membrane de la résurrection. Jean de Boschère m'a fait. Je veux dire qu'il m'a montré combien lui et moi nous nous ressemblions et nous étions proches, et cette preuve au moment où je suis m'es

Bibliographie des oeuvres poÉtiques

Béâle-Gryne, L'Occident, 1909. Traduction en russe par M. Vezélov-sky, éditions Lazare Stoliar, Moscou, 1914.
The Closed Door, édition bilingue avec traduction anglaise par F.S. Flint, préface de May Sinclair, John I.ane. I.ondres, 1917.