Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jean de Bosschère

Laisse des corolles - Poéme


Poéme / Poémes d'Jean de Bosschère





Laisse des corolles toutes les mains apaiser ton cœur de doigts parfumés délivre les pivoines de ta gorge et sacrifie les chardons secs de ton âme.



Puis ce sera pourpre et tout d'iris comme aux âges où dort le serpent sur la voûte blanche de la poitrine sous l'ombre des fougères métalliques



Entre sans honte parmi ces duvets embaumés, avènement sur cette buée du jardin bleu matinal faite de rosée et de la vapeur grave du café, cocon à l'aurore des tressaillements d'homme !



Mon
Dieu ne m'abandonne pas encore aux parfums des foins coupés au soleil.

Pourtant, ah ! pourtant, fenouils, thyms et menthes ! laisse un instant dévier tes puissances tendues.



Que je m'arrache un instant.

Et si je perds la trace gagnée,

je reprendrai la charge céleste

aux mains des temps où l'on croyait.



Où couvait alors cette foi que la nature d'arbres d'hommes, de fruits, de bêtes de brebis albines, d'abeilles,



Que la couleuvre arabesque persane les soies pérégrinantes de la
Vierge, que le frémissant hasardeux paysage étaient le visage acquiesçant de
Dieu.



Je reviendrai certes, je serai revenu, si je puis vaincre ces moutonnements d'extases soutirer mes pieds des lianes ironiques fleurs sortir en soc triomphal de ce trèfle odorant.



Je me chargerai alors d'épreuves rajeunies dépasserai une nouvelle fois les masques des pontifes, des larves, des dieux, des carabes, la vaste plaine multicolore de l'univers.



Je fuirai le panier des fleurs à gazelles

où j'ai aventuré mes jambes oubliées,

dans l'aube d'aujourd'hui et buée,

parfum du foin, confusion du cœur et de la gorge



Et vague sur vague, épiaire après sauge, me penchent sur la prairie revenue vieille vision, la terre sourit d'amphibies bouches d'holocaustes et de toutes les larmes de ses victimes offertes.



Et si tu viens vêtu de ta vraie forme, je verrai une fille vipère tireuse de sang, un corbeau sourd qui plonge son bec plombé sous l'arc de la clavicule gardienne.



Si tu m'approches alors, ô
Connu, sur ma vague de fleurs retrouvées, et que je sois sans crime terrestre, j'écraserai tes cent têtes louches, entre deux roches ferrugineuses.



D'immenses cailloux je ferai des pétrins moulerai avec tes cervelles des pages divines ou te prouverai, énorme, ma rage.



Mais peut-être ton sourire des aurores se mêlera aux parfums des foins en fleurs et t'ouvrira encore mon cœur sans attendre l'heure des accusations, justes flammes.













Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jean de Bosschère
(1878 - 1953)
 
  Jean de Bosschère - Portrait  
 
Portrait de Jean de Bosschère


Biographie

Au début de 1915, Boschère quitte la Belgique occupée pour Londres, où il lie son sort à celui des Imagistes anglo-américains : The Closed Door (1917) et Job le Pauvre (1922), parus à Londres, obéissent aux préceptes de la nouvelle école, mais disent surtout la découverte de la révolte comme progrès spirituel. Après avoir voyagé en Italie, Boschère s'installe à Paris, où paraît, en 1927, Marthe et

Chronologie jean de boschere

1878 — Naissance à Uccle, près de Bruxelles, de Jean de Boschère.
1884-1894 — La famille s'installe à Lierre dans la Campinc, époque de laquelle Boschère tirera l'un de ses grands romans : Marthe et l'Enragé.
1894 — Installation à Anvers et entrée à l'Académie des beaux-arts, en 1898.
1900-1905 — Premiers voyages à Paris.
1905-1909 — Publication d'une série d'ouvrages s

Boschere vu par...

« C'est la vie soufrée de la conscience qui remonte au jour avec ses lumignons et ses étoiles, ses tanières, son firmament, avec la vivacité d'un pur désir, avec son appel à une mort constante avoisinant la membrane de la résurrection. Jean de Boschère m'a fait. Je veux dire qu'il m'a montré combien lui et moi nous nous ressemblions et nous étions proches, et cette preuve au moment où je suis m'es

Bibliographie des oeuvres poÉtiques

Béâle-Gryne, L'Occident, 1909. Traduction en russe par M. Vezélov-sky, éditions Lazare Stoliar, Moscou, 1914.
The Closed Door, édition bilingue avec traduction anglaise par F.S. Flint, préface de May Sinclair, John I.ane. I.ondres, 1917.