Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jean de Bosschère

A peine ivre - Poéme


Poéme / Poémes d'Jean de Bosschère





Les mains sur le dos à peine ivre

mieux délivré que l'ivrogne véritable je ris !



Démoralisation sacrée, démoralisation, sens ici du mot aigu, point de mélodies déchues, vaines, démoralisation sacrée !



Ce n'est point avec des roses

et une traîne de paon bleu

ni avec du genièvre, des cocktails

ni avec la cocaïne, une aile de papillon

ni avec des mots en peuples de rythmes

ni avec une épée ou un poignard

que nous montons vers cette coupe

étalée dans nos cœurs déserts, —

je dis nous avec dans moi ce ganglion chronique d'illusion,

nous montons avec des haches et des barres de fer.



Plus de nouveaux quartiers

nos dégoûts cessent de les donner

aujourd'hui plus de pardons

le vide bondit, la tempête devant l'inondation.

Tout crève

la cataracte balaie les forêts des mondes.



Pulvériser l'ordre, cet ordre-ci,

renverser l'ordre des séries, des hiérarchies,

plus de vifs amputés aux couteaux des morts

plus de chants patriarcaux

les pères poussés au bûcher

leurs fils y versent les huiles.

Les mains sur le dos

à peine ivre

je ris

démoralisation sacrée.

Point de bible printanière de crimes

mais chaque jour se révolte contre la prescription de la veille.

La poésie n'a pas de frondaisons dans les jours mortels

le bras du verbe s'étend comme la béguine supplie

à travers l'éternité, ni marbre ni diamant,

poulpe ténébreux,

à travers le cyclone des signes mouvants,

matrices négatrices empoisonnées des lois,

fleurs, parfums, oiseaux, poissons, hommes, coquilles

crabe, anémone, étoile

voyageant dans les formes.



Le son d'un mot n'est point sa chair.

Le saltimbanque au balancier n'est pas poète,

mais plus arbitraire que la division du cadran d'heures

plus
Sorbonne que le système décimal.

Les jours où il n'y a pas à hurler

il faut faire silence

ou murmurer dans les anthologies

ou croasser aux théâtres

devant mille monstres bêtes.



Les mains sur le dos

à peine ivre.

Et dans le vide germent trois grains de cristal

les colonnes montent dans le désert qui n'est pas l'ordre.

Les poètes sont exterminés avec leur
Champagne

leurs ailes suaves que lèchent les femmes.

Sur les colonnes qui montent, la coupe vide,

hissé là, océan sans écume sans limite

un nouveau désert sur nos cœurs déserts.

Nous attendons, nous, moi

avec la hache et l'assommoir d'acier

écrasons les uniformes des pères d'hier

de demain

plus de chefs, noirs, blancs, jaunes, rouges

démoralisation sacrée.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jean de Bosschère
(1878 - 1953)
 
  Jean de Bosschère - Portrait  
 
Portrait de Jean de Bosschère


Biographie

Au début de 1915, Boschère quitte la Belgique occupée pour Londres, où il lie son sort à celui des Imagistes anglo-américains : The Closed Door (1917) et Job le Pauvre (1922), parus à Londres, obéissent aux préceptes de la nouvelle école, mais disent surtout la découverte de la révolte comme progrès spirituel. Après avoir voyagé en Italie, Boschère s'installe à Paris, où paraît, en 1927, Marthe et

Chronologie jean de boschere

1878 — Naissance à Uccle, près de Bruxelles, de Jean de Boschère.
1884-1894 — La famille s'installe à Lierre dans la Campinc, époque de laquelle Boschère tirera l'un de ses grands romans : Marthe et l'Enragé.
1894 — Installation à Anvers et entrée à l'Académie des beaux-arts, en 1898.
1900-1905 — Premiers voyages à Paris.
1905-1909 — Publication d'une série d'ouvrages s

Boschere vu par...

« C'est la vie soufrée de la conscience qui remonte au jour avec ses lumignons et ses étoiles, ses tanières, son firmament, avec la vivacité d'un pur désir, avec son appel à une mort constante avoisinant la membrane de la résurrection. Jean de Boschère m'a fait. Je veux dire qu'il m'a montré combien lui et moi nous nous ressemblions et nous étions proches, et cette preuve au moment où je suis m'es

Bibliographie des oeuvres poÉtiques

Béâle-Gryne, L'Occident, 1909. Traduction en russe par M. Vezélov-sky, éditions Lazare Stoliar, Moscou, 1914.
The Closed Door, édition bilingue avec traduction anglaise par F.S. Flint, préface de May Sinclair, John I.ane. I.ondres, 1917.