Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jacques Chessex

Job, moi aussi - Élégie


Élégie / Poémes d'Jacques Chessex





Job, moi aussi j'ai clamé

J'ai clamé parce que j'avais ça dans la fibre

Je n'ai pas lésiné sur les cris ni sur les reproches

Je t'ai très bien connu,
Job

Je suis de tes amis rassure-toi

D'ailleurs je ne me permettrais pas de te citer

ou de parler à ta place
Si tu n'avais clamé et injurié
Comme je ne l'ai même pas fait

Donc je me suis rendu furieux d'être né

Sondant l'infini bonheur que je ne connaîtrai jamais

De n'être pas né

D'être rien

Sans origine sans destin

surtout sans âme
Dans l'Infini

Et regrettant
Ta volonté ou
Ton hasard
Qui m'ont jeté dans la
Vallée

En même temps parce que je suis une contradiction

vivante
J'aimais mon sort

J'aimais ma vie pleine de danger
Et même je m'étais habitué

J'aimais ma mort

L'idée et la nécessité de ma mort

Ah taisez-vous, sages et fous

Asseyez-vous!

Maintenant je suis mort

Je suis à la fois l'auteur de ce poème

Qui n'a plus aucun sens pour moi

Et je suis
Monsieur
Job et je suis une âme

et toutes les âmes
Et je ne puis même pas direye suis parce que les mots
N'existent pas où je suis

À jamais n'existent

À jamais ne vont plus mourir dans aucune bouche

Ainsi dit le lit si souvent où je me couche











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jacques Chessex
(1934 - 2009)
 
  Jacques Chessex - Portrait  
 
Portrait de Jacques Chessex


Biographie

Jacques Chessex fait ses études à Fribourg, puis à Lausanne où il entreprend des études de lettres et rédige un mémoire sur Francis Ponge. Il s'oriente ensuite vers l'enseignement du français, mais écrit dès son plus jeune âge de la poésie. Il publie en 1954 un premier recueil Le jour proche, bientôt suivi de trois autres volumes Chant de printemps, Une Voix dans la nuit, Batailles dans l'air.