wikipoemes
paul-verlaine

Paul Verlaine

alain-bosquet

Alain Bosquet

jules-laforgue

Jules Laforgue

jacques-prevert

Jacques Prévert

pierre-reverdy

Pierre Reverdy

max-jacob

Max Jacob

clement-marot

Clément Marot

aime-cesaire

Aimé Césaire

henri-michaux

Henri Michaux

victor-hugo

Victor Hugo

robert-desnos

Robert Desnos

blaise-cendrars

Blaise Cendrars

rene-char

René Char

charles-baudelaire

Charles Baudelaire

georges-mogin

Georges Mogin

andree-chedid

Andrée Chedid

guillaume-apollinaire

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

arthur-rimbaud

Arthur Rimbaud

francis-jammes

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
auteurs essais
 

Paul Verlaine



Un peu de politique - Poéme


Poéme / Poémes d'Paul Verlaine





Tribune des
Cinq-Cents, attributs indécents.

Tremplin mesquin pour tous plongeons dans les non-sens

Dans ces mensonges, dans telles logomachies.

Et, chose pire, dans les plus pires orgies

De gaspillages d'honneur civique et d'argent ;

Tribune où
Bonaparte, en homme intelligent

Vraiment, ne monta qu'un instant pour donner l'ordre

De la jeter bas, dût mons
Arena ' le mordre

D'un poignard de théâtre et d'un «
Tyran ! » appris ;

Tribune remplacée au delà de son prix.

Bien au delà de son prix, ce leurre, par celle

Des rois revenus, qu'on peut nommer la
Pucelle

De parlementarisme honnête, celui-là

(Non celui-ci !) et puis, comme tout s'écroula

De fier encor dans ce pays qu'un chacun pipe.

Tribune encore de l'affreux
Louis-Philippe,

Et de
Prudhomme et de
Robert
Macaire et de

Tous les pieds plats et d'aussi tous les cours bas que

La honte attire et que l'opprobre rassasie !



Quarante-Huit te mit au rancart, trop moisie
Que t'étais pour ses paradoxes innocents,
Tribune des
Cinq-Cents, attributs indécents.
Et l'empire second pour malpropre te tint...

Mais vint le
Prussien...



Ton prestige est reteint.
Ton bas-relief d'ailleurs sans talent d'autre guise
Que d'étaler des seins qui ne sont plus de mise
Et qu'un artiste un peu noble « ne saurait voir »
Sans un chagrin profond et sans un ennui noir.
Ton bas-relief, à neuf gratté, t'encor décore.

Tremplin mesquin pour ton plongeur dans tout non-sens,
Symbole de ceux-ci, jacobins indécents. ,






Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Paul Verlaine
(1844 - 1896)
 
  Paul Verlaine - Portrait  
 
Portrait de Paul Verlaine


Ouvres

Après une enfance à Metz, il fait ses études à Paris et trouve un emploi à l'Hôtel de Ville. Il fréquente les salons et cafés littéraires de la capitale et fait la connaissance de nombreux poètes célèbres de son époque. Ces rencontres l'incitent à composer lui aussi des vers. Verlaine est d'un caractère timide, et cette faiblesse est aggravée par des deuils familiaux : il se tourne alors vers la b

Chronologie


Biographie


mobile-img