wikipoemes
paul-verlaine

Paul Verlaine

alain-bosquet

Alain Bosquet

jules-laforgue

Jules Laforgue

jacques-prevert

Jacques Prévert

pierre-reverdy

Pierre Reverdy

max-jacob

Max Jacob

clement-marot

Clément Marot

aime-cesaire

Aimé Césaire

henri-michaux

Henri Michaux

victor-hugo

Victor Hugo

robert-desnos

Robert Desnos

blaise-cendrars

Blaise Cendrars

rene-char

René Char

charles-baudelaire

Charles Baudelaire

georges-mogin

Georges Mogin

andree-chedid

Andrée Chedid

guillaume-apollinaire

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

arthur-rimbaud

Arthur Rimbaud

francis-jammes

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
auteurs essais
 

Paul Verlaine



Sur la manie qu'ont les femmes actuelles de relever leurs robes - Poéme


Poéme / Poémes d'Paul Verlaine





«
Quand tu vas, balayant l'air de ta jupe large ' »,

Baudelaire disait
Dans des comparaisons superbes en surcharge

Ainsi qu'il en faisait-On peut dire aujourd'hui ce que disait le
Père,

Tout à fait à rebours, »
Car les femmes ont adopté quelle manière.

Dieu ! d'orner leurs entoure,

Les entoure de leur corps infernal et céleste -
J'entends leur vêtement -



D'une main à baiser, oui ! mais de quel sot geste
De vain retroussement !

Car l'ampleur de la robe et son envol et tout le

Reste grâces au vent
Font penser l'homme, non intime mais en foule

A ce qu'il a devant-Tandis que cette sorte absolument hideuse

De montrer des mollets
Insuffisants parfois serait la source affreuse

De combien de voux laids !

Vous accentuez trop,
Mesdames, vos « tournures »,

Et j'en reste effrayé.
Car elles sont, hélas ! d'amples caricatures

De ce dont on s'assié...

Ou plutôt continuez, mais plus d'un infâme

Retroussement moqueur :
Retroussez, retroussez, retroussez jusqu'à l'âme,

Retroussez jusqu'au cour.






Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Paul Verlaine
(1844 - 1896)
 
  Paul Verlaine - Portrait  
 
Portrait de Paul Verlaine


Ouvres

Après une enfance à Metz, il fait ses études à Paris et trouve un emploi à l'Hôtel de Ville. Il fréquente les salons et cafés littéraires de la capitale et fait la connaissance de nombreux poètes célèbres de son époque. Ces rencontres l'incitent à composer lui aussi des vers. Verlaine est d'un caractère timide, et cette faiblesse est aggravée par des deuils familiaux : il se tourne alors vers la b

Chronologie


Biographie


mobile-img