wikipoemes
paul-verlaine

Paul Verlaine

alain-bosquet

Alain Bosquet

jules-laforgue

Jules Laforgue

jacques-prevert

Jacques Prévert

pierre-reverdy

Pierre Reverdy

max-jacob

Max Jacob

clement-marot

Clément Marot

aime-cesaire

Aimé Césaire

henri-michaux

Henri Michaux

victor-hugo

Victor Hugo

robert-desnos

Robert Desnos

blaise-cendrars

Blaise Cendrars

rene-char

René Char

charles-baudelaire

Charles Baudelaire

georges-mogin

Georges Mogin

andree-chedid

Andrée Chedid

guillaume-apollinaire

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

arthur-rimbaud

Arthur Rimbaud

francis-jammes

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
auteurs essais
 

Paul Verlaine



Reddition - Poéme


Poéme / Poémes d'Paul Verlaine





Je suis foutu.
Tu m'as vaincu.

Je n'aime plus que ton gros eu

Tant baisé, léché, reniflé,

Et que ton cher con tant branlé,

Piné - car je ne suis pas l'homme

Pour
Gomorrhe ni pour
Sodome,

Mais pour
Paphos et pour
Lesbos,

(Et tant gamahuché, ton con)

Converti par tes seins si beaux,

Tes seins lourds que mes mains soupèsent

Afin que mes lèvres les baisent

Et, comme l'on hume un flacon,

Sucent leurs bouts raides puis mous

Ainsi qu'il nous arrive à nous

Avec nos gaules variables.

C'est un plaisir de tous les diables

Que tirer un coup en gamin.

En épicier ou en levrette.

Ou à la
Marie-Antoinette

Et estera jusqu'à demain

Avec toi, despote adorée

Dont la volonté m'est sacrée,

Plaisir infernal qui me tue

Et dans lequel je m'évertue

A satisfaire ta luxure.

Le foutre s'épand de mon vit

Comme le sang d'une blessure...

N'importe !
Tant que mon cour vit

Et que palpite encor mon être,

Je veux remplir en tout ta loi,

N'ayant, dure maîtresse, en toi

Plus de maîtresse, mais un maître.






Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Paul Verlaine
(1844 - 1896)
 
  Paul Verlaine - Portrait  
 
Portrait de Paul Verlaine


Ouvres

Après une enfance à Metz, il fait ses études à Paris et trouve un emploi à l'Hôtel de Ville. Il fréquente les salons et cafés littéraires de la capitale et fait la connaissance de nombreux poètes célèbres de son époque. Ces rencontres l'incitent à composer lui aussi des vers. Verlaine est d'un caractère timide, et cette faiblesse est aggravée par des deuils familiaux : il se tourne alors vers la b

Chronologie


Biographie


mobile-img