wikipoemes
paul-verlaine

Paul Verlaine

alain-bosquet

Alain Bosquet

jules-laforgue

Jules Laforgue

jacques-prevert

Jacques Prévert

pierre-reverdy

Pierre Reverdy

max-jacob

Max Jacob

clement-marot

Clément Marot

aime-cesaire

Aimé Césaire

henri-michaux

Henri Michaux

victor-hugo

Victor Hugo

robert-desnos

Robert Desnos

blaise-cendrars

Blaise Cendrars

rene-char

René Char

charles-baudelaire

Charles Baudelaire

georges-mogin

Georges Mogin

andree-chedid

Andrée Chedid

guillaume-apollinaire

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

arthur-rimbaud

Arthur Rimbaud

francis-jammes

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
auteurs essais
 

Paul Verlaine



Londres - Poéme


Poéme / Poémes d'Paul Verlaine





Un dimanche d'été, quand le soleil s'en mêle,

Londres forme un régal offert aux délicats :

Les arbres forts et ronds sur la verdure frêle,

Vert tendre, ont l'air bien loin des brumes et des gaz,



Tant ils semblent plantés en terre paysanne.

Un soleil clair, léger dans le ciel fin, bleuté

A peine.
On est comme en un bain où se pavane

Le parfum d'une lente infusion de thé.



Dix heures et demie, heure des longs services
Divins.
Les cloches par milliers chantent dans l'air
Sonore et volatil sur d'étranges caprices.
Les psaumes de
David s'ébrouent en brouillard clair.



Argentines comme on n'en entend pas en
France,
Pays de sonnerie intense, bronze amer.
Font un concert très doux de joie et d'espérance.
Trop doux peut-être, il faut la crainte de l'Enfer.



L'après-midi, cloches encor.
Des files d'hommes.
De femmes et d'enfants bien mis glissent plutôt
Qu'ils ne marchent, muets, on dirait économes
De leur voix réservée aux amen de tantôt.



Tout ce monde est plaisant dans sa raide attitude
Gardant, bien qu'erroné, le geste de la foi
Et son protestantisme à la fois veule et rude
Met quelqu'un tout de même au-dessus de la loi.



Espoir du vrai chrétien, riche vivier de
Pierre,
Poisson prêt au pêcheur qui peut compter dessus,
Saint-Esprit,
Dieu puissant, versez-leur la lumière
Pour qu'Us apprennent à comprendre enfin
Jésus.



Six heures.
Les buveurs regagnent leur buvette.
La famUle son home et la rue est à
Dieu :
Et dans le ciel sali quelque étoile seulette
Pronostique la pluie aux gueux sans feu ni lieu.








Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Paul Verlaine
(1844 - 1896)
 
  Paul Verlaine - Portrait  
 
Portrait de Paul Verlaine


Ouvres

Après une enfance à Metz, il fait ses études à Paris et trouve un emploi à l'Hôtel de Ville. Il fréquente les salons et cafés littéraires de la capitale et fait la connaissance de nombreux poètes célèbres de son époque. Ces rencontres l'incitent à composer lui aussi des vers. Verlaine est d'un caractère timide, et cette faiblesse est aggravée par des deuils familiaux : il se tourne alors vers la b

Chronologie


Biographie


mobile-img