wikipoemes
paul-verlaine

Paul Verlaine

alain-bosquet

Alain Bosquet

jules-laforgue

Jules Laforgue

jacques-prevert

Jacques Prévert

pierre-reverdy

Pierre Reverdy

max-jacob

Max Jacob

clement-marot

Clément Marot

aime-cesaire

Aimé Césaire

henri-michaux

Henri Michaux

victor-hugo

Victor Hugo

robert-desnos

Robert Desnos

blaise-cendrars

Blaise Cendrars

rene-char

René Char

charles-baudelaire

Charles Baudelaire

georges-mogin

Georges Mogin

andree-chedid

Andrée Chedid

guillaume-apollinaire

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

arthur-rimbaud

Arthur Rimbaud

francis-jammes

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
auteurs essais
 

Paul Verlaine



Hombres - Poéme


Poéme / Poémes d'Paul Verlaine





I



Ô ne blasphème pas, poète, et souviens-toi.
Certes la femme est bien, elle vaut qu'on la baise,
Son cul lui fait honneur, encor qu'un brin obèse
Et je l'ai savouré maintes fois, quant à moi.

Ce cul (et les tétons) quel nid à nos caresses !

Je l'embrasse à genoux et lèche son pertuis

Tandis que mes doigts vont, fouillant dans l'autre puits

Et les beaux seins, combien cochonnes leurs paresses !

Et puis, il sert, ce cul, encor, surtout au lit
Comme adjuvant aux fins de coussins, de sous-ventre,
De ressort à boudin du vrai ventre pour qu'entre
Plus avant l'homme dans la femme qu'il élit.

J'y délasse mes mains, mes bras aussi, mes jambes,
Mes pieds.
Tant de fraîcheur, d'élastique rondeur
M'en font un reposoir désirable où, rôdeur.
Par instant le désir sautille en voux ingambes.

Mais comparer le cul de l'homme à ce bon eu
A ce gros cul moins voluptueux que pratique
Le cul de l'homme fleur de joie et d'esthétique
Surtout l'en proclamer le serf et le vaincu,

«
C'est mal », a dit l'amour.
Et la voix de l'Histoire.
Cul de l'homme, honneur pur de l'Hellade et décor
Divin de
Rome vraie et plus divin encor,
De
Sodome morte, martyre pour sa gloire,

Shakespeare, abandonnant du coup
Ophélia,
Cordélia,
Desdémona, tout son beau sexe
Chantait en vers magnificents qu'un sot s'en vexe
La forme masculine et son alléluia.

Les
Valois étaient fous du mâle et dans notre ère
L'Europe embourgeoisée et féminine tant

Néanmoins admira ce
Louis de
Bavière,

Le roi vierge au grand cour pour l'homme seul battant.

La
Chair, même, la chair de la femme proclame
Le cul, le vit, le torse et l'oil du fier
Puceau,
Et c'est pourquoi, d'après le conseil à
Rousseau,
Il faut parfois, poète, un peu « quitter la dame ».






Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Paul Verlaine
(1844 - 1896)
 
  Paul Verlaine - Portrait  
 
Portrait de Paul Verlaine


Ouvres

Après une enfance à Metz, il fait ses études à Paris et trouve un emploi à l'Hôtel de Ville. Il fréquente les salons et cafés littéraires de la capitale et fait la connaissance de nombreux poètes célèbres de son époque. Ces rencontres l'incitent à composer lui aussi des vers. Verlaine est d'un caractère timide, et cette faiblesse est aggravée par des deuils familiaux : il se tourne alors vers la b

Chronologie


Biographie


mobile-img