wikipoemes
paul-verlaine

Paul Verlaine

alain-bosquet

Alain Bosquet

jules-laforgue

Jules Laforgue

jacques-prevert

Jacques Prévert

pierre-reverdy

Pierre Reverdy

max-jacob

Max Jacob

clement-marot

Clément Marot

aime-cesaire

Aimé Césaire

henri-michaux

Henri Michaux

victor-hugo

Victor Hugo

robert-desnos

Robert Desnos

blaise-cendrars

Blaise Cendrars

rene-char

René Char

charles-baudelaire

Charles Baudelaire

georges-mogin

Georges Mogin

andree-chedid

Andrée Chedid

guillaume-apollinaire

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

arthur-rimbaud

Arthur Rimbaud

francis-jammes

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
auteurs essais
 
left_old_somall

Paul Verlaine

right_old_somall

DEDICACES


Poésie / Poémes d'Paul Verlaine





Dédicaces paraît en mars 1890 dans la Bibliothèque artistique et littéraire. En novembre 1888, Verlaine avait eu l'idée de retirer de Parallèlement quelques poèmes pour les publier à part sous le titre Les Amis. En juin 1889. il songe à un nouveau titre : Dédicaces, mais il hésite encore puisqu'il donne au Chai noir plusieurs de ces poèmes avec pour titre « Quelques Amis ». En octobre 1889, Verlaine a choisi et il remet le manuscrit à son ami Léon Deschamps, directeur de La Plume. Le livre comprend quarante et un poèmes. Une deuxième édition voit le jour en 1894, chez Léon Vanier, avec soixante-huit poèmes supplémentaires, soit au total cent neuf poèmes.

Verlaine écrit ces poèmes par amitié et il les dédie aux parnassiens, aux décadents et aux symbolistes qu'il a connus. Chacun d'eux se voit doté d'un dédicataire précis. Mais l'intérêt de ce livre réside ailleurs : Verlaine y déploie une variété de tons extraordinaire et y révèle toutes les facettes de son génie. Certains poèmes attestent une vive émotion ; ainsi lorsqu'il évoque sa première rencontre à Londres avec Germain Nouveau, ou lorsqu'il songe aux Ardennes dont Ernest Raynaud est également issu et où il a su trouver un moment de bonheur. Cette émotion se nuance de tristesse quand il pense mélancoliquement qu'il a atteint la cinquantaine :



Je ne crois plus au langage des fleurs

Et l'Oiseau bleu pour moi ne chante plus.

C'est en un mot la triste cinquantaine.



Avec nostalgie, il se souvient de tous les anciens amis disparus ; seul subsiste encore Edmond Lepelletier et bientôt ils iront tous deux rejoindre ces morts. Verlaine élève deux stèles émouvantes à l'amitié ; un sonnet avoue son immense admiration pour Villiers de L'Isle-Adam qui vient de mourir et dont il salue le génie :



Tu nous fuis, comme fuit le soleil sous la mer



Et il dit son dernier adieu à Rimbaud :



Mortel, ange et démon, autant dire Rimbaud

Ah, mort ! Vivant plutôt en moi de mille feux

D'admiration sainte et de souvenirs feux








Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Paul Verlaine
(1844 - 1896)
 
  Paul Verlaine - Portrait  
 
Portrait de Paul Verlaine


Ouvres

Après une enfance à Metz, il fait ses études à Paris et trouve un emploi à l'Hôtel de Ville. Il fréquente les salons et cafés littéraires de la capitale et fait la connaissance de nombreux poètes célèbres de son époque. Ces rencontres l'incitent à composer lui aussi des vers. Verlaine est d'un caractère timide, et cette faiblesse est aggravée par des deuils familiaux : il se tourne alors vers la b

Chronologie


Biographie


mobile-img