wikipoemes
paul-verlaine

Paul Verlaine

alain-bosquet

Alain Bosquet

jules-laforgue

Jules Laforgue

jacques-prevert

Jacques Prévert

pierre-reverdy

Pierre Reverdy

max-jacob

Max Jacob

clement-marot

Clément Marot

aime-cesaire

Aimé Césaire

henri-michaux

Henri Michaux

victor-hugo

Victor Hugo

robert-desnos

Robert Desnos

blaise-cendrars

Blaise Cendrars

rene-char

René Char

charles-baudelaire

Charles Baudelaire

georges-mogin

Georges Mogin

andree-chedid

Andrée Chedid

guillaume-apollinaire

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

arthur-rimbaud

Arthur Rimbaud

francis-jammes

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
auteurs essais
 
left_old_somall

Paul Verlaine

right_old_somall

DANS LES LIMBES


Poésie / Poémes d'Paul Verlaine





Au début d'août 1892, Verlaine entre à l'hôpital Broussais, où Philomène vient régulièrement lui rendre visite. Il en sort le 7 octobre ; du 2 au 14 novembre, il prononce plusieurs conférences en Hollande ; et le 19 décembre, il se trouve de nouveau hospitalisé. En octobre, il commence à rédiger un nouveau livre : Dans les limbes. Il a l'intention d'y peindre sa condition de malade et de montrer son évolution intérieure. Il entend écrire un livre « cette fois très chaste : Dans les limbes. Les limbes, c'est l'hôpital avec une visiteuse ». D envoie une centaine de vers à son éditeur en décembre. Le 13 janvier, il estime avoir achevé ce livre; en juillet, il rédige une préface, mais l'ouvrage ne paraît, chez Léon Vanier, qu'en mai 1894.



Verlaine éprouve de la reconnaissance pour Philomène dont les visites le réconfortent et lui procurent un peu de bonheur. La bonté et la douceur de cette femme, même si parfois elle le querelle, l'encourage à espérer. Il se sent osciller entre le ciel et le gouffre, entre le bien et le mal. Grâce à Philomène, un retour vers la religion se dessine. Il vit à l'hôpital « comme un bénédictin » (I), travaillant, lisant, écrivant. Il s'efforce de ne plus mériter le surnom d'« Infernal » que lui a donné Philomène et rêve d'une vie calme. Le poème X reprend deux vers de Sagesse (III,VI) : « La vie est là, simple et tranquille. » Voilà désormais l'aspiration profonde de Verlaine. « C'est bien l'apaisement du soir » écrit-il dans la préface. Les poèmes ont le ton de la conversation ; le poème IV se présente même sous la forme d'un dialogue. Les meilleurs de ces poèmes, ce sont ceux qui, tels des chansons, se composent de quatrains d'octosyllabes (II, V, X, XI, XVI, XVII) ou d'heptasyllabes (VII, XIII). Le dernier poème ne manque pas d'une certaine beauté par la gravité du thème traité : le poète implore la pitié et l'amour de celle dont maintenant dépend toute sa vie.








Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Paul Verlaine
(1844 - 1896)
 
  Paul Verlaine - Portrait  
 
Portrait de Paul Verlaine


Ouvres

Après une enfance à Metz, il fait ses études à Paris et trouve un emploi à l'Hôtel de Ville. Il fréquente les salons et cafés littéraires de la capitale et fait la connaissance de nombreux poètes célèbres de son époque. Ces rencontres l'incitent à composer lui aussi des vers. Verlaine est d'un caractère timide, et cette faiblesse est aggravée par des deuils familiaux : il se tourne alors vers la b

Chronologie


Biographie


mobile-img