wikipoemes
paul-verlaine

Paul Verlaine

alain-bosquet

Alain Bosquet

jules-laforgue

Jules Laforgue

jacques-prevert

Jacques Prévert

pierre-reverdy

Pierre Reverdy

max-jacob

Max Jacob

clement-marot

Clément Marot

aime-cesaire

Aimé Césaire

henri-michaux

Henri Michaux

victor-hugo

Victor Hugo

robert-desnos

Robert Desnos

blaise-cendrars

Blaise Cendrars

rene-char

René Char

charles-baudelaire

Charles Baudelaire

georges-mogin

Georges Mogin

andree-chedid

Andrée Chedid

guillaume-apollinaire

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

arthur-rimbaud

Arthur Rimbaud

francis-jammes

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
auteurs essais
 

Paul Verlaine



Charleroi - Poéme


Poéme / Poémes d'Paul Verlaine





Dans l'herbe noire
Les
Kobolds vont.
Le vent profond
Pleure, on veut croire.



Quoi donc se sent ?
L'avoine siffle.
Un buisson gifle
L'oil au passant.



Plutôt des bouges
Que des maisons.
Quels horizons
De forges rouges !



On sent donc quoi ?
Des gares tonnent.
Les yeux s'étonnent.

Charleroi ?



Parfums sinistres !
Qu'est-ce que c'est ?
Quoi bruissait
Comme des sistres?



Sites brutaux!
Oh ! votre haleine.
Sueur humaine.
Cris des métaux !



Dans l'herbe noire
Les
Kobolds vont.
Le vent profond
Pleure, on veut croire.






Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Paul Verlaine
(1844 - 1896)
 
  Paul Verlaine - Portrait  
 
Portrait de Paul Verlaine


Ouvres

Après une enfance à Metz, il fait ses études à Paris et trouve un emploi à l'Hôtel de Ville. Il fréquente les salons et cafés littéraires de la capitale et fait la connaissance de nombreux poètes célèbres de son époque. Ces rencontres l'incitent à composer lui aussi des vers. Verlaine est d'un caractère timide, et cette faiblesse est aggravée par des deuils familiaux : il se tourne alors vers la b

Chronologie


Biographie


mobile-img