wikipoemes
paul-verlaine

Paul Verlaine

alain-bosquet

Alain Bosquet

jules-laforgue

Jules Laforgue

jacques-prevert

Jacques Prévert

pierre-reverdy

Pierre Reverdy

max-jacob

Max Jacob

clement-marot

Clément Marot

aime-cesaire

Aimé Césaire

henri-michaux

Henri Michaux

victor-hugo

Victor Hugo

robert-desnos

Robert Desnos

blaise-cendrars

Blaise Cendrars

rene-char

René Char

charles-baudelaire

Charles Baudelaire

georges-mogin

Georges Mogin

andree-chedid

Andrée Chedid

guillaume-apollinaire

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

arthur-rimbaud

Arthur Rimbaud

francis-jammes

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
auteurs essais
 

Paul Verlaine



Caprice - Ballade


Ballade / Poémes d'Paul Verlaine





Ô poète, faux pauvre et faux riche, homme vrai,

Jusqu'en l'extérieur riche et pauvre pas vrai,

(Dès lors, comment veux-tu qu'on soit sûr de ton cour ?)

Tour à tour souple drôle et monsieur somptueux,

Du vert clair plein d'« espère » au noir componctueux,

Ton habit a toujours quelque détail blagueur.



Un bouton manque.
Un fil dépasse.
D'où venue
Cette tache - ah ça, malvenue ou bienvenue ? -
Qui rit et pleure sur le cheviot et la toile ?
Noud noué bien et mal, soulier luisant et terne.
Bref, un type à se pendre à la
Vieille-Lanterne
Comme à marcher, gai proverbe, à la belle étoile,



Gueux, mais pas comme ça, l'homme vrai, le seul vrai.

Poète, va, si ton langage n'est pas vrai.

Toi l'es, et ton langage, alors !
Tant pis pour ceux

Qui n'auront pas aimé, fous comme autant de tois,

La lune pour chauffer les sans femmes ni toits,



La mort, ah, pour bercer les cours malechanceux.

Pauvres cours mal tombés, trop bons et très fiers, certes !

Car l'ironie éclate aux lèvres belles, certes.

De vos blessures, cours plus blessés qu'une cible,

Petits sacrés-cours de
Jésus plus lamentables !

Va, poète, le seul des hommes véritables,

Meurs sauvé, meurs de faim pourtant le moins possible.






Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Paul Verlaine
(1844 - 1896)
 
  Paul Verlaine - Portrait  
 
Portrait de Paul Verlaine


Ouvres

Après une enfance à Metz, il fait ses études à Paris et trouve un emploi à l'Hôtel de Ville. Il fréquente les salons et cafés littéraires de la capitale et fait la connaissance de nombreux poètes célèbres de son époque. Ces rencontres l'incitent à composer lui aussi des vers. Verlaine est d'un caractère timide, et cette faiblesse est aggravée par des deuils familiaux : il se tourne alors vers la b

Chronologie


Biographie


mobile-img