wikipoemes
paul-verlaine

Paul Verlaine

alain-bosquet

Alain Bosquet

jules-laforgue

Jules Laforgue

jacques-prevert

Jacques Prévert

pierre-reverdy

Pierre Reverdy

max-jacob

Max Jacob

clement-marot

Clément Marot

aime-cesaire

Aimé Césaire

henri-michaux

Henri Michaux

victor-hugo

Victor Hugo

robert-desnos

Robert Desnos

blaise-cendrars

Blaise Cendrars

rene-char

René Char

charles-baudelaire

Charles Baudelaire

georges-mogin

Georges Mogin

andree-chedid

Andrée Chedid

guillaume-apollinaire

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

arthur-rimbaud

Arthur Rimbaud

francis-jammes

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
auteurs essais
 

Paul Verlaine



Auburn - Poéme


Poéme / Poémes d'Paul Verlaine





Tes yeux, tes cheveux indécis.
L'arc mal précis de tes sourcils,
La fleur pâlotte de ta bouche.
Ton corps vague et pourtant dodu.
Te donnent un air peu farouche
A qui tout mon hommage est dû.



Mon hommage, ah, parbleu ! tu l'as.
Tous les soirs, quels joie et soûlas, Ô ma très sortable châtaine.
Quand vers mon lit tu viens, les seins
Roides, et quelque peu hautaine,
Sûre de mes humbles desseins,



Les seins roides sous la chemise,
Fière de la fête promise
A tes sens partout " et longtemps.
Heureuse de savoir ma lèvre.
Ma main, mon tout, impénitents
De ces péchés qu'un fol s'en sèvre !



Sûre de baisers savoureux

Dans le coin des yeux, dans le creux

Des bras et sur le bout des mammes ,

Sûre de l'agenouillement

Vers ce buisson ardent des femmes

Follement, fanatiquement !



Et hautaine puisque tu sais
Que ma chair adore à l'excès
Ta chair et que tel est ce culte
Qu'après chaque mort, - quelle mort !
Elle renaît, dans quel tumulte !
Pour mourir encore et plus fort.



Oui, ma vague, sois orgueilleuse.
Car radieuse ou sourcilleuse,
Je suis ton vaincu, tu m'as tien :
Tu me roules comme la vague
Dans un délice bien païen.
Et tu n'es pas déjà si vague !






Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Paul Verlaine
(1844 - 1896)
 
  Paul Verlaine - Portrait  
 
Portrait de Paul Verlaine


Ouvres

Après une enfance à Metz, il fait ses études à Paris et trouve un emploi à l'Hôtel de Ville. Il fréquente les salons et cafés littéraires de la capitale et fait la connaissance de nombreux poètes célèbres de son époque. Ces rencontres l'incitent à composer lui aussi des vers. Verlaine est d'un caractère timide, et cette faiblesse est aggravée par des deuils familiaux : il se tourne alors vers la b

Chronologie


Biographie


mobile-img