wikipoemes
paul-verlaine

Paul Verlaine

alain-bosquet

Alain Bosquet

jules-laforgue

Jules Laforgue

jacques-prevert

Jacques Prévert

pierre-reverdy

Pierre Reverdy

max-jacob

Max Jacob

clement-marot

Clément Marot

aime-cesaire

Aimé Césaire

henri-michaux

Henri Michaux

victor-hugo

Victor Hugo

robert-desnos

Robert Desnos

blaise-cendrars

Blaise Cendrars

rene-char

René Char

charles-baudelaire

Charles Baudelaire

georges-mogin

Georges Mogin

andree-chedid

Andrée Chedid

guillaume-apollinaire

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

arthur-rimbaud

Arthur Rimbaud

francis-jammes

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
auteurs essais
 

Paul Verlaine



A madame marie m ... - Poéme


Poéme / Poémes d'Paul Verlaine





Vous fûtes bonne et douce en nos tristes tempêtes,
L'Esprit et la
Raison parmi nos fureurs bêtes.
Et si l'on vous eût crue au temps qu'il le fallait
On se fût épargné tant de chagrin plus laid
Encor que douloureux, puis lorsque sonna l'heure



Définitive où d'espérer n'était qu'un leurre
Dorénavant, du moins vous fîtes pour le mieux
Quant à tel modus
Vivendi moins odieux
Que cette guerre sourde ou cette paix armée
Qui succéda l'affreux conflit.



Soyez aimée
Et vénérée, ô morte inopportunément !
Qui sait ?
Vous là, précise et sûre au vrai moment.
Votre volonté, toute indulgence et sagesse.
Eût prévalu sans doute et nous eût fait largesse
D'un pardon mutuel obtenu par son soin :
Tout serait pour le mieux avec °
Dieu pour témoin ;
Mais
Dieu n'a pas voulu, qui vous a donc reprise
Pourquoi ?



Dormez, ô vous, sous votre pierre grise,
Qui fîtes le devoir et ne cédâtes pas.
Dormez par ce novembre où ne peuvent mes pas
Malades vous allez porter quelque couronne :
Mais voici ma pensée, ô vous douce, ô vous bonne !






Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Paul Verlaine
(1844 - 1896)
 
  Paul Verlaine - Portrait  
 
Portrait de Paul Verlaine


Ouvres

Après une enfance à Metz, il fait ses études à Paris et trouve un emploi à l'Hôtel de Ville. Il fréquente les salons et cafés littéraires de la capitale et fait la connaissance de nombreux poètes célèbres de son époque. Ces rencontres l'incitent à composer lui aussi des vers. Verlaine est d'un caractère timide, et cette faiblesse est aggravée par des deuils familiaux : il se tourne alors vers la b

Chronologie


Biographie


mobile-img