wikipoemes
paul-verlaine

Paul Verlaine

alain-bosquet

Alain Bosquet

jules-laforgue

Jules Laforgue

jacques-prevert

Jacques Prévert

pierre-reverdy

Pierre Reverdy

max-jacob

Max Jacob

clement-marot

Clément Marot

aime-cesaire

Aimé Césaire

henri-michaux

Henri Michaux

victor-hugo

Victor Hugo

robert-desnos

Robert Desnos

blaise-cendrars

Blaise Cendrars

rene-char

René Char

charles-baudelaire

Charles Baudelaire

georges-mogin

Georges Mogin

andree-chedid

Andrée Chedid

guillaume-apollinaire

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

arthur-rimbaud

Arthur Rimbaud

francis-jammes

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
auteurs essais
 

Paul Verlaine



A eugénie - Poéme


Poéme / Poémes d'Paul Verlaine





Ô toi, toi, seule bonne entre toutes ces femmes

Et tant d'hommes feignant d'aimer mon triste cour,

Toi me riant parmi leurs sourires infâmes,



Me riant franchement, d'un rire point moqueur.
Hypocrite encor moins, mais toujours large et libre
Et qui fait rire enfin mon cour et sa langueur.



Large comme ton cour, libre dans l'équilibre
D'une affection forte et douce que ne peut
Déranger tel malheur minime ou de calibre...



Tu querelles avec justice, s'il le veut
Ou s'il ne le veut pas, mon affreux caractère...
On dirait, ta querelle, un jardin où il pleut-On dirait, ta querelle, un enfant qu'on fait taire
Et qu'on baise bien fort au front, du moment qu'il s'est tu
Pour le récompenser du bon pli salutaire



Pris d'obéir, conformément à la vertu,

Des enfants, d'écouter sans répondre et s'instruire

Dans la sagesse et le devoir parfois ardu.



O toi. sachant me plaire encor mieux, et séduire
Encore plus mon âme et mes sens par précisément ton âme et la grâce qui s'en va luire, .



La grâce de tes sens aimés, - et par ainsi
Notre amour s'ennoblit d'une grâce meilleure
Par quoi voici joyeux * mon cour jadis transi.



Arrière maintenant le vain souci de l'heure

El du ciel orageux, ou froid...
N'avons-nous pas

A l'écart des méchants de qui j'ai fui le leurre

La certitude de ne marcher qu'à sûrs pas

Dans le bonheur, sans plus chercher, moi.
Torde orgie

De laquelle je suis vainqueur, non sans combats ?

Ô toi. toute bonté, forte et douce énergie !






Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Paul Verlaine
(1844 - 1896)
 
  Paul Verlaine - Portrait  
 
Portrait de Paul Verlaine


Ouvres

Après une enfance à Metz, il fait ses études à Paris et trouve un emploi à l'Hôtel de Ville. Il fréquente les salons et cafés littéraires de la capitale et fait la connaissance de nombreux poètes célèbres de son époque. Ces rencontres l'incitent à composer lui aussi des vers. Verlaine est d'un caractère timide, et cette faiblesse est aggravée par des deuils familiaux : il se tourne alors vers la b

Chronologie


Biographie


mobile-img