Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Maurice Chappaz

Vient-il le grand printemps ? - Poéme


Poéme / Poémes d'Maurice Chappaz





Ils dorment, ils dorment les amis !
La compagnie dit :


Le remède, l'as-tu ?


Quel remède ?


La joie parfaite.


J'ai bu contre la tristesse.
Hé sentinelles !

Mais tout même les vignes aspire à devenir invisible.


De ce monde

la nuit est amoureuse.
Sois convoité toi aussi.

Je ne craindrai pas d'aller vers les poitrines creuses comme vers une source.
La mort est le désir du
Messie.
Sinon
II ne viendrait pas.



La mort interroge la chambrée.

Elle épelle mon nom,

le printemps se faufile à travers les arbres noirs.


Qui est la mort ? demande l'âme, -
Tu es là, ma payse, dira le
Christ.





Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Maurice Chappaz
(1916 - 2009)
 
  Maurice Chappaz - Portrait  
 
Portrait de Maurice Chappaz


Biographie

Maurice Chappaz esi né le 21 décembre 1916, dans une vieille famille de notables el d'avocats de Martigny. Son oncle, Maurice Troillei, grand propriétaire de vignobles, sera Conseiller d'Etat du Valais pendant quarante ans et président du Conseil national suisse. C'est lui qui soutiendra Maurice Chappaz lorsque celui-ci, refusant de poursuivre ses études de droit, rompra avec sa famille pour se co

Orientation bibliographique

Né en 1916 à Lausanne, Maurice Chappaz passe son enfance à Martigny et à l’Abbaye du Châble, demeure familiale. Il fait ses études au collège de l’Abbaye de Saint-Maurice où il obtient une maturité latin-grec. Dès 1937, il suit des cours de droit à Lausanne qu’il abandonne en 1940 pour des études de lettres à Genève. La même année, Un homme qui vivait couché sur un banc lui vaut un prix de la revu