Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Maurice Chappaz

Petite gare inconnue du printemps - Poéme


Poéme / Poémes d'Maurice Chappaz





Ai-je laisse passer la terre promise ?

Les voyageurs sont nus et ivres

et las

et ils ont le mal du pays.

Les champs ressemblent à des visages soucieux.

L'aube écrit vite

avec un bâtonnet d'ombre.

Un verdier s'enfuit.

Derrière les barreaux de ma vigne j'écoute le printemps.

La pioche retient son souffle : les bourgeons

sont fragiles comme du verre.

Je desserre les lèvres de ma montagne.

Je suis aux prises avec la première coupe de parfums

ceux qui ont rongé la neige,

les parfums porcs.

Ce goût de pomme sure,

cène odeur de bois pourri, d'humus et de vent,

l'odeur du ventre d'une mère

et d'une feuille d'arbre en voyage.



Les collines sont giclées dans les trayons,

les mousses se délivrent.

Par millions les fleurs, les graines,

les bestioles infimes,

la cohue des larves d'insectes

traversent leurs pertuis obscurs

comme s'ils pérégrinaient tous

par les vaisseaux de mon corps.



Une
Dame j'ai rencontrée

en dedans de ma vigne.

Je l'ai vue, j'ai cru en elle.

Un baiser pareil à un flocon, de neige.

Puis elle me planta là

et me laissa à reverdir.

J'ai été empoisonné

comme par l'épine

d'une aubépine blanche.

Ce n'est rien le corps, c'est le cœur.

L'un exige le monde,

il marche avec un peu de maïs. .

Il ressortira des tombes

riant et glorieux

à la première cloche du soleil,

mais le cœur, je le crains,

le mien dira :

je veux la
Nuit.

A neige qui fond noire

et à la cendre des arbres du printemps

je fus livré.



Et certes seule la
Nuit

peut avoir pitié de moi.

La vilaine boisson des morts,

le calice des trépassés, je l'ai bu,

parce que ma mère était trop triste

et je fus une flûte en bois tendre,

en pommier doux.

Désespère, désespère si tu veux aimer,

alors seulement tu siffleras

mieux que le merle en habit noir,

juge étonné,

chantre enthousiaste

de la vie qui ne dure qu'un instant.

Les vivants et les morts

dans une ronde se donnent la main

quand le merle sautille sur la neige.

Il jubile, il jubile le merle...

Il tombe telle une goutte d'eau,

se relève d'un déclic de branche.



Comme lui je vais de porte en porte

et hardi !

j'offre mon cœur qui palpite,

je le tends à une belle

au bout d'un échalas.

Prends-le, prends-le, la belle,

lèche-le pour sa sueur de sang.

Tel poète, telle
Dame.

Dans les vilaines seulement

j'espère les douces.

Elle est chaude ta vigne.

Il est seul ton cœur.

Mais tu cherches ton double,

tu es dévoré.

Tu es occulté.

Tu l'as vu, le merle ? un note noire sur une portée de neige.
Tu l'as entendue, ton église ? celle qui répète : cendre, cendre devant les pétales de cerisiers.

(Et je ne l'ai pas accusée,

je l'ai aimée.)

Tu as fréquenté la ville basse ?

Voici les maisons au retour qui écœure.

Litanie des portes, combien de fois

t'ai-je récitée ?

Tous les pas au fond des impasses

ont été mes répons.



Les garçons entrent et sortent.

Je vois le petit fanal des cigares

de ceux qui attendent.

Je lis dans ton carnet

chaque matin : tordre sa lessive ;

chaque soir : ayez pitié !

Ayez pitié de celui, quel qu'il soit,

qui cherche les créatures,

qui a été taxé par la dent de la vipère.



Salut
Dames, miroirs des alouettes,

qui chassez à courre

les pauvres troubadours

et qui trébuchez aussi

au violent jeu d'aimer.

Vos lèvres sont des fruits,

vos visages sont des nuits.

Vous êtes nues plus sévères que vêtues.

Votre chasteté de nymphe m'entraîne

vers les alpages d'ombre et de sel,

les lacs d'herbes amères

où nous sommes notre propre chant d'oiseau.



Oh ! qui n'a dit une fois :

«
Monde, détruis-toi !

petite pomme tavelée de sang

offerte par
Eve. »

Vous m'inclinez à cet aveu :

que le bonheur est cet instant

de la mort qui dure toujours.

La terre ainsi se savoure,

l'esprit se marie.

L'acte d'amour s'étend à tous les arbres,

toutes les graines, tous les êtres

qui naviguaient dans l'arche.

On a envie du déluge pour s'abreuver

comme d'un filet de source.

Diseurs de vérités :

même les pensées sont de la chair,

même les pensées désirent pourrir.



Ma vie s'est jouée dans une vigne,

dans un bois, dans une vigne,

entre les vierges sages et les vierges folles

par un soir de printemps.

J'interroge le guet qui passe,

le guet du poète !

Au nom de la lune, parlez.


Qui vive ?


Ce sont vos maîtresses.


Où étes-vous ?


Outre-Dieu !


Qu'êtes-vous à préparer ?


Du vide.


Et les baisers ?


Pour vous rendre impuissants.
Le printemps, le printemps s'efface.

Voici l'assomption des miettes d'ombre,

leur désir d'être créées à nouveau,

de naître à l'Eternel.

Je me suis attendu moi-même au milieu de mon âge.

Il faut faire la paix avec le monde

par la prière,

la plus pure des œuvres de la nuit,

la bonne nourriture,

la prière tel un être,

le chant qui façonne l'invisible,

qui tire de la nature

les saints visages

et c'est ainsi que le
Christ paraît

la grande affiche du matin,

le crieur d'éternité.

Il enseigne le mystère en plein jour, l'éveil conscient, l'efficace charité.



Le
Christ est là

avec son coq la mort,

le
Christ comme une sentinelle :

«
Lève-toi, c'est l'aube ! »

Et les amants s'étirent comme des paysans fourbus.

Je suis né un jour

que les papillons se brûlaient les ailes d'absence

contre un falot à la porte de l'écurie.

J'ai perdu la
Dame que j'aimais.

Klle était comme une religieuse,

une religieuse de mon pays.

Me voici cloué aux froids pétales de mai.

Or j'ai tendu mes mains

vers de lointains glaciers.

Sur les vignes, au ralenti, tourbillonnent les chocards.

Ils se choisissent dans un vol nuptial

selon la hauteur.

La petite pomme dans la cave

sent l'odeur d'un mort qui ressuscite.

Et je bois les gouttes de vinaigre de la terre.

Et je vois tous les couples

les membres en croix,

je comprends les mots de douleur

que disent leurs lèvres qui remuent.

Est-il donc venu le temps

d'émigrer de ma vigne

où les ceps sont des corps ?






Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Maurice Chappaz
(1916 - 2009)
 
  Maurice Chappaz - Portrait  
 
Portrait de Maurice Chappaz


Biographie

Maurice Chappaz esi né le 21 décembre 1916, dans une vieille famille de notables el d'avocats de Martigny. Son oncle, Maurice Troillei, grand propriétaire de vignobles, sera Conseiller d'Etat du Valais pendant quarante ans et président du Conseil national suisse. C'est lui qui soutiendra Maurice Chappaz lorsque celui-ci, refusant de poursuivre ses études de droit, rompra avec sa famille pour se co

Orientation bibliographique

Né en 1916 à Lausanne, Maurice Chappaz passe son enfance à Martigny et à l’Abbaye du Châble, demeure familiale. Il fait ses études au collège de l’Abbaye de Saint-Maurice où il obtient une maturité latin-grec. Dès 1937, il suit des cours de droit à Lausanne qu’il abandonne en 1940 pour des études de lettres à Genève. La même année, Un homme qui vivait couché sur un banc lui vaut un prix de la revu