Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Maurice Chappaz

Le cœur aux joues - Poéme


Poéme / Poémes d'Maurice Chappaz





O mon aimée je rougis

d'être malade d'amour.

Une goutte de pluie sur mon visage

ferait jaillir le sang !

Où es-tu ma préférée ?

Il est vilain le cœur aux joues le cœur à nu.

Que cette rougeur qui vient de moi te guide dans les ténèbres.

La honte est comme l'aurore d'une autre vie.



II



Mufles et ombres



Lui et elle frissonnent

comme des branches qui s'entr'aiment.

Vous, mes amis, passez votre chemin.

Ne me regardez pas.

Quelles rues ! quelle vie !

Les baisers sont noirs.

Les passants me reniflent

et cherchent des truffes dans le cœur.



III



Une fleur de jasmin disait

à une rose :

Si
Dieu t'apprend à ne pas aimer

les hommes

apprends-moi à ne pas aimer

les femmes,

je marierai ma poésie

à ta prière.



IV



Ne vous étonnez pas

si elle me fait manger

un pain blanc pour un pain noir.

La nuit blanchit et le jour rougit

quand je l'aime.



V



Comment faut-il aimer sa
Dame ?

Comme un seigneur

quant à la générosité,

comme un serviteur

quant à la foi.

Ainsi il y a une mystérieuse égalité.



VI



Rouge, muet.

Mon fils, aime et coupe-toi la langue.



VII



Humer simplement une rose

ou dévaster le jardin

parce que la brise a ouvert la porte ?

Je me suis assis devant la maison de ma bien-aimée.

L'angoisse scelle mes lèvres

et fait parler mon cœur en silence.



VIII



Mon désir d'elle

la fait ressembler à une carafe d'eau glacée

qui circule en plein midi

à la terrasse d'un café.

Mon désir d'elle la pose sur la table telle une cathédrale claire et fragile, le litre et le verre.

Mais mes lèvres balbutient de soif

et cette transparence est pour mon esprit

une nuit au milieu du jour.



IX



Le soleil est fou de la fraîcheur des carafes.
Elles s'environnent d'une écorce de buée.
Ainsi ta pudeur, ainsi mon regard.



X



Par blessure, par grand désir les uns aiment d'amour chaste.
Cela n'est pas bien, seul par obéissance cela est bien.



XI



L'âme devant le monde :

le chat devant la soucoupe de lait...

S'il y a un sage, qu'il se présente !



XII



Sur le toit de sa chambre

la nuit qui marche comme une colombe.

Je l'écoute.

Je suis déchiré, je cherche.

«
Fruits de ma douce femme

ne m'appartenez pas. »

Ma plus pressante demande

est d'apprendre à aimer.



XIII



La bien-aimée

J'ai deux femmes :

par admiration j'aimerais donner ma vie

à l'une pour la remercier,

à cause de l'autre

je devrais devenir un saint.

Je suis un faible passereau.



XIV



Je voudrais que les baisers

remplacent les chants d'oiseaux

Qu'ils pépient dès l'aube

sur tes joues, tes paupières.

Je voudrais que la nuit

remplace le jour,

que la prière

remplace le travail,

que le silence

remplace les paroles.

Je voudrais que l'éternité

remplace cette vie

ne seraii-ce qu'un instant.



XV



Un paysan s'empoigne la tête

Je déteste les anges et je les étudie.
J'observe les bêtes et je les comprends.
Car trois choses sont bonnes pendant la nuit : forniquer, regarder la lune ou prier.



XVI



Toutes les femmes en une

L'amante dit : «
Je serai ta sœur, ta mère, ta fiancée, ta putain, ta princesse, ta sorcière. »

Lui répond : «
Je suis des morceaux de moine, de paysan, de seigneur, de poète, morceaux de vieillard et d'adolescent.

«
Cuisons ensemble.
Les anges ou le diable se réjouissent du fumet de la marmite. »



XVII



L'amour qui s'éloigne

J'ai perdu la
Dame que j'aimais.
Dans le ciel elle était un tiercelet.
Et comme je l'adorais encore, j'ai reçu une crotte dans l'œil.
Celte crotte que la publicité nomme diamant.
Et me voilà poète !



XVIII



Celui qui aime est un animal sans défense.

L'âge de raison n'existe pas.

Les enfants de cinquante ans cuisent le pain,

cueillent le raisin

et commencent à parler avec l'ombre.

Mais leur secret, c'est leur maîtresse.

Par elle, la peau sous le veston

ils gémissent.

Vie cherche vie.
Pas fou s'abstenir.
Ecrire aux
Parques.



XIX



Note pour trio

Franc jeu : tuer une âme et respecter l'autre ; ou adorer une partie de l'âme et brûler l'autre.

Dans mille ans

l'amour sera-t-il partageable ?



XX



Que le donneur de grâces passe dans ma rue !

Il crie : «
Ciel bleu ! ciel bleu ! »

J'ai été un idiot de nuit,

j'ai choisi de n'être pas aimé.

Je joue perdant

après avoir entendu les couples de rossignols.



XXI



Je vous demande :

Où vont les chants d'oiseaux

quand les corps ne les enveloppent plus ?



XXII



L'arc-en-ciel a disparu, la pruine, la rosée qui vêtait cette femme.
Elle hurlait en dedans, ô
Marie pleine d'épines !

J'ai lu dans la grande bible de la ferme que j'irai vers cette fontaine, que j'irai vers cette source à la fois comme un pèlerin et comme un chien qui lape.



XXIII



Petits paradis

Nous nous sommes cachés.
Le monde était rafraîchi de beauté quand les juges ne le toisaient plus.
La société était dissoute mais un lacet de fil rouge m'étranglait si je t'aimais trop.

Cantique des cantiques : mensonge des mensonges !
Car je n'ai jamais su choisir entre l'enfance et la passion.

Aie pitié.



XXIV



Pourquoi ?

Tu m'as ébloui.

Pour admirer les cerisiers en fleurs, les mères au
Japon conduisent même les petits aveugles.

L'Eglise nous conduit ainsi devant les jeunes filles.



XXV



Celui qui entend la goutte de sang


Confessez-vous,
Valaisan de
Provence !


Je craignais toujours de faire mourir quelqu'un.
Mes pensées étaient meurtrières quand j'aimais.
Tel être vivait et en face tel autre dépérissait.


Eh bien, c'est l'envoûtement avec le choc en

retour !


La virilité n'est jamais coupable.


Vous êtes troublés dans vos montagnes !


J'ai lutté avec l'ange au corps, avec le diable au cœur.

Elle est ronde et innocente, la terre.
Contre elle, entre dans la nuit.




Viens !


Où ça ?

Soudain tes seins sont hors du gîte de mes mains.
Mais je ne sais pleurer d'amour sans sourire.
Réfléchissant à tout j'ai écrit mon epitaphe :

«
Vive la fuite ! »






Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Maurice Chappaz
(1916 - 2009)
 
  Maurice Chappaz - Portrait  
 
Portrait de Maurice Chappaz


Biographie

Maurice Chappaz esi né le 21 décembre 1916, dans une vieille famille de notables el d'avocats de Martigny. Son oncle, Maurice Troillei, grand propriétaire de vignobles, sera Conseiller d'Etat du Valais pendant quarante ans et président du Conseil national suisse. C'est lui qui soutiendra Maurice Chappaz lorsque celui-ci, refusant de poursuivre ses études de droit, rompra avec sa famille pour se co

Orientation bibliographique

Né en 1916 à Lausanne, Maurice Chappaz passe son enfance à Martigny et à l’Abbaye du Châble, demeure familiale. Il fait ses études au collège de l’Abbaye de Saint-Maurice où il obtient une maturité latin-grec. Dès 1937, il suit des cours de droit à Lausanne qu’il abandonne en 1940 pour des études de lettres à Genève. La même année, Un homme qui vivait couché sur un banc lui vaut un prix de la revu