Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jacques Izoard

Le souffleur, le dormeur - Poéme


Poéme / Poémes d'Jacques Izoard





L'un coupe la verveine ou saisit sabots et soleils.
Puis dort dans mon souffle.
Souffleur et dormeur sont en paix.
La phrase très pâle à travers les barreaux.
L'herbe et la langue.
Et le jardin du lait submerge mes guenilles.



L'autre nomme la truelle ou le papier blanc des fées.
Le voici tirant le fil de laine des gencives, des genoux.
Les petits coups du cœur ébranlaient la maison.

L'un, dans l'acajou, conservait les voix mortes.
Le vide effrayait les enfants des voleurs.
Et le clos du curare protégeait de la lune les voyeurs endormis.



L'autre avait trouvé

faux de papier doré.

bulles et billevesées.

Le voici quémandant

quelques baisers anciens.

Dans le corps du carabe,

je fourbis mes chemins.



L'un fabriquait un piège de plumes et d'épingles.
Un grand mort de fatigue attendait la sortie des employés modèles.
Et le pal préparé pour le supplice oblique, je le tournais vers moi.
L'époux du bleu m'assaille.



L'autre avait touché la foudre par mégarde.
Le voici qui murmure : «Peignez à même la peau carabes et vipères.
Frottez mon corps de sperme, d'orties».
Construisons ensemble logements de liserons.



L'un racontait sa vie, ses projets clandestins.
Compter ses propres pas ne mène qu'à la folie.
Dans une chambre obscure, quelqu'un disait: «Parle!».
Mais parler, parler, parler ne mène qu'à la folie.

L'autre aimait les onguents,

- il s'en couvrait le corps -,

les pierres trouées, le simple cuivre

Attachait un mannequin

à la proue d'un navire.

Ou parlait aux lapins,

ramassait les aiguilles,

les bouts de bois, de laine.



L'un rompait les amarres.
L'écriture du boucher tranche le fil de la vie.
Rien ne demeure sec : la paume est l'aile d'une hirondelle de laine.
Rive.
Rivière.
Amour.

L'autre esquive le feu.
Cent mille nains crépitent.
Mon vaudou noir accueille le sang d'autrui.
J'enveloppe d'écorce fine les mains, les pieds trouvés.
Que de cals, que de phalanges !
L'arbre, entre les cuisses, lacère langues et tendons.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jacques Izoard
(1936 - 2008)
 
  Jacques Izoard - Portrait  
 
Portrait de Jacques Izoard


Biographie

Le 29 mai 1936
naissance de Jacques Delmotte à Liège, dans le quartier populaire de Sainte-Marguerite. Son père est instituteur, sa mère professeur de dessin. Il aura une sœur (Francine, née en 1940) et un frère (Jean-Pierre, né en 1945). Ancêtres rhénans, dont on se transmet en famille de lointaines citations.

RepÈres bibliographiques

ŒUVRES DE JACQUES IZOARD