Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Germain Nouveau

Pourrières - Poéme


Poéme / Poémes d'Germain Nouveau





Un vieux clocher coiffé de fer sur la colline.
Des fenêtres sans cris, sous des toits sans oiseaux.
D'un barbaresque
Azur la paix du
Ciel s'incline.
Soleil dur !
Mort de l'ombre !
Et
Silence des
Eaux.



Marius ! son fantôme à travers les roseaux,
Par la plaine !
Un son lent de l'Horloge féline.
Quatre enfants sur la place où l'ormeau perd ses os,
Autour d'un
Pauvre, étrange, avec sa mandoline.



Un banc de pierre chaud comme un pain dans le four,
Où trois
Vieux, dans ce coin de la
Gloire du
Jour,
Sentent au rayon vif cuire leur vieillesse.



Babet revient du bois, tenant sa mule en laisse.
Noir, le
Vicaire au loin voit, d'une ombre au ton bleu,
Le
Village au soleil fumer vers le
Bon
Dieu.








Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Germain Nouveau
(1851 - 1920)
 
  Germain Nouveau - Portrait  
 
Portrait de Germain Nouveau


Biographie / Œuvres

Il est l’aîné des 4 enfants de Félicien Nouveau (1826-1884) et de Marie Silvy (1832-1858). Germain Nouveau perd sa mère alors qu’il n’a que sept ans. Il est élevé par son grand-père.

Après une enfance à Aix-en-Provence et des études qu’il effectue au petit séminaire, pensant même à embrasser la prêtrise, et après une année d’enseignement au lycée de Marseille en 1871-1872, Nouveau

Chronologie