Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Germain Nouveau

L'enfant pâle - Poéme


Poéme / Poémes d'Germain Nouveau





C'est la triste feuille morte
Que le vent d'octobre emporte,
C'est la lune, au front du jour,
Que nulle étoile n'escorte,
Au soleil, c'est mon amour,
L'enfant plus pâle que blanche :
Beau fruit mourant sur la branche !



Mais quand la nuit est levée
Je vois la
Chère
Eprouvée
Qui n'en rayonne que mieux
Dans sa pâleur ravivée.
Et ce m'est délicieux
Comme l'aube de la lune
Aux voyageurs de fortune !



C'est le plus doux des visages :
La lampe des
Vierges sages
Brûle avec cette douceur.
Esprit des pèlerinages,
Voix de mère et cœur de sœur !
J'ai donné ma vie à
Celle
Dont la pâleur étincelle !



Une petite avec des flûtes dans la voix

Qui riait et qui pour les graves sœurs d'Ursule

Etait le rayon fol à travers la cellule.

Pour la beauté c'était bien l'«
Ange », pas de ceux

Qui traversent le rêve épais des amoureux,

Mais de ceux que l'Esprit mêle au divin cortège ;

Pour l'âme, un lait, et pour l'innocence, une neige !

Toute l'année, en cette âme, c'était
Noël.

Son front charmant semblait pétri d'un peu de ciel,

Comme nos tristes cœurs le sont d'un peu de fange.

Elle étonnait !
Je l'ai déjà dit, c'était l'«
Ange »,

Et sa tête aurait pu voler au paradis,

Quand, par hasard, de ses grands cols blancs tout unis

Les coins se retroussaient avec des façons d'ailes !

Après cela, la plus riche des demoiselles,

La fille d'un monsieur qui, comme on a pignon

Sur rue, avait, lui, droit de servage, un grand nom,

Et de l'or tant que nul creuset ne l'évaporé.

Elle était la puissance énorme qui s'ignore,

Elle ne savait pas que ses yeux étaient beaux ;

Mais elle eût été reine aussi dans des sabots !

Adorable ! mais quel homme à moins d'être impie

(Allez, c'est bien le mot !) l'eût mêlée à sa vie,

Assez fou pour la rendre à notre air étouffant ;

Amour seul eût été digne de cet enfant,



Si les meilleurs baisers n'étaient pas des morsures, .Si les lèvres n'avaient la forme des blessures.
Aucun nuage impur dans ses chastes yeux gris !
Elle ne rêvait pas des hommes de
Paris,
Ni de ses fêtes, ni diamants et dentelles
Qui font les yeux plus fous pour les femmes plus belles
Nul héros des affreux romans que nous faisons,
Quand nous avons bu, nul ne hanie ces maisons.
Son
Idéal ?
Elle eût répondu :
Télémaque.
Toute l'année, au fond de ce cœur, c'était
Pâque.








Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Germain Nouveau
(1851 - 1920)
 
  Germain Nouveau - Portrait  
 
Portrait de Germain Nouveau


Biographie / Œuvres

Il est l’aîné des 4 enfants de Félicien Nouveau (1826-1884) et de Marie Silvy (1832-1858). Germain Nouveau perd sa mère alors qu’il n’a que sept ans. Il est élevé par son grand-père.

Après une enfance à Aix-en-Provence et des études qu’il effectue au petit séminaire, pensant même à embrasser la prêtrise, et après une année d’enseignement au lycée de Marseille en 1871-1872, Nouveau

Chronologie