Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Germain Nouveau

Dizain - Poéme


Poéme / Poémes d'Germain Nouveau





Les mille doigts du vent ! toute la maison chante !

Le
Mistral (pas celui...) filtre sur chaque fente,

Dont il fait une corde où ronfle son archet

De rude aveugle, et c'est comme si l'on couchait

Dans une contrebasse en branle !
O quel délice

Et que ça vous endort mieux qu'un chant de nourrice !

C'est à faire rêver des doigts de
Cabaner

(Pour ne pas toujours seul nommer monsieur
Wagner)

Et de quelque instrument frêle au corps diaphane :

L'archet au clair de lune a pris sa colophane.








Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Germain Nouveau
(1851 - 1920)
 
  Germain Nouveau - Portrait  
 
Portrait de Germain Nouveau


Biographie / Œuvres

Il est l’aîné des 4 enfants de Félicien Nouveau (1826-1884) et de Marie Silvy (1832-1858). Germain Nouveau perd sa mère alors qu’il n’a que sept ans. Il est élevé par son grand-père.

Après une enfance à Aix-en-Provence et des études qu’il effectue au petit séminaire, pensant même à embrasser la prêtrise, et après une année d’enseignement au lycée de Marseille en 1871-1872, Nouveau

Chronologie