Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Germain Nouveau

Athee - Poéme


Poéme / Poémes d'Germain Nouveau





Je m'adresse à tout l'Univers,
Après
David. le roi psalmiste.
Oui,
Madame, en ces quelques vers.
Je m'adresse à tout l'Univers.
Sur les continents et les mers.
Si tant est qu'un athée existe,
C'est moi, dis-je. à tout l'Univers,
Après
David, le roi psalmiste.



Je me fous bien de tous vos dieux,
Ils sont jolis, s'ils vous ressemblent.
Et bons à foutre dans les lieux.
Je me fous bien de tous vos dieux,
Je me fous même du bon vieux.
L'unique, devant qui tous tremblent ;
Je me fous bien de ious vos dieux.
Ils sont jolis, s'ils vous ressemblent.



Je ris du
Dieu des bonnes gens
S'il en est encor par le monde ;
Avec les gens intelligents,
Je ris du
Dieu des bonnes gens.



Sacré
Dieu !
Quels airs indulgents !
Quel gros cul, quelle panse ronde !
Mais... pour les seules bonnes gens,
S'il en est encor par le monde.



Je me fous aussi de celui

Des grands philosophes, très drôles,

Qui parfois se prennent pour lui.

Je me fous aussi de celui

Dont l'incommensurable ennui

Voudrait peser sur nos épaules.

Je me fous aussi de celui

Des grands philosophes, très drôles.



Je plains fort, vous entendez bien,
Tout homme qui dit :
Dieu, sur terre,
Indou, musulman ou chrétien,
Je le plains, vous entendez bien ; le déiste aussi, qui n'est rien
Dans l'église ou le phalanstère.
Je plains fort, vous entendez bien,
Tout homme qui dit :
Dieu, sur terre.



Je suis comme le vieux
Blanqui,
Je dis aussi : «
Ni
Dieu ni maître. »
Ni maîtresse... c'est riquiqui.
Je suis comme le vieux
Blanqui.
Je me fous de n'importe qui.
Je jette tout par la fenêtre,
Et je me fous bien de
Blanqui,
Comme de son «
Ni
Dieu ni maître. »



Je n'en ai qu'un, mais assez bon,
Nom de
Dieu ! pour que je
Fécule.
Votre vrai
Dieu,
Dieu sans... rayon.
Je n'en ai qu'un, mais assez bon :
Le monde entier, ce grand capon.
Vil dans la peur de sa férule.
Je n'en ai qu'un, mais assez bon,
Nom de
Dieu ! pour que je l'écule.



L'un ou l'autre mot m'est égal,
Si mon langage est clair,
Madame.
Etre clair c'est le principal.
L'un ou l'autre mot m'est égal.
Mais l'autre était grossier pas mal,
Et... j'ai le respect de la femme.
L'un ou l'autre mot m'est égal,
Si mon langage est clair,
Madame.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Germain Nouveau
(1851 - 1920)
 
  Germain Nouveau - Portrait  
 
Portrait de Germain Nouveau


Biographie / Œuvres

Il est l’aîné des 4 enfants de Félicien Nouveau (1826-1884) et de Marie Silvy (1832-1858). Germain Nouveau perd sa mère alors qu’il n’a que sept ans. Il est élevé par son grand-père.

Après une enfance à Aix-en-Provence et des études qu’il effectue au petit séminaire, pensant même à embrasser la prêtrise, et après une année d’enseignement au lycée de Marseille en 1871-1872, Nouveau

Chronologie