Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Etienne Jodelle

Biographie, œuvres de Etienne Jodelle


Poésie / Poémes d'Etienne Jodelle





Naissance: 1532 Paris
Décès: juillet 1573 Paris

Étienne Jodelle, est un poète et dramaturge français.

Etienne Jodelle (1532-1573). En dépit de sa célébrité, ce contemporain de Ronsard ne publie presque rien de son vivant. Il est très bien en cour, mais sa vie nous demeure voilée ; pourquoi donc est-il condamné à mort, sans que peine s'ensuive ? Peu, semble-t-il, d'amours heureuses ; et la passion dès lors atteint à ces profondes « noirceurs » où l'âme se perd. Seule la parole poétique parvient à y sublimer les cruautés et l'abjection (songeons à Verlaine, Gourmont, Genêt...). La rhétorique même y proclame avec de sombres accents que « tout est inexprimable ». Tel est ce méconnu, ce « Démon de Jodelle », selon le mot de Du Bellay qui, lui aussi, le révérait. Choix, établissement des textes et présentation par Robert Melançon.



Les deux pièces, Cléopâtre captive et Eugène, font toute sa renommée car ses premiers succès sont suivis de bien des déboires. En 1558, Paris le charge d'organiser une grande fête en l'honneur du roi et du duc de Guise qui a repris Calais aux Anglais. Faute d’un lieu adapté, ce spectacle connaît un grave échec et ruine sa jeune carrière.
Dans les luttes entre catholiques et protestants, il fait circuler des poèmes satiriques contre les protestants. Il reçoit même une récompense de 500 livres de Charles IX pour un éloge de la Saint Barthélemy.
En 1573, sa terre est saisie, et Jodelle meurt à Paris dans la misère, délaissé de ses confrères. Seul Agrippa d'Aubigné ne l’abandonne pas.
De son vivant il ne fit imprimer aucune de ses œuvres, et il est sûr qu’une partie de son œuvre s’est perdue. Éditée en 1574 par des amis, son oeuvre posthume comprend, ses pièces de théâtre déjà citées, des satires, des poèmes d’amour adressés notamment à la maréchale de Retz, qu’on peut classer parmi les plus beaux du XVIe siècle. Ce poète, dramaturge, fut aussi musicien, peintre, architecte, orateur et «vaillant aux armes». On semble le redécouvrir aujourd’hui.

« Je m'étonne comment Claude Binet et Claude Garnier après lui dans son avertissement du fragment de la Comédie du Pluton d'Aristophane traduit en français par Ronsard ont osé dire que cette comédie fut la première jouée en France. Jodelle fut en France le premier auteur de la Tragédie et de la comédie même.
« Lorsque le roi Henri II par la valeur et par la conduite du duc de Guise, eut repris sur l'anglais en moins de dix jours la ville de Calais qui depuis deux cent dix ans avait été la frayeur de nos pères et le fort asile des anciens ennemis de la France, ce grand monarque eut la bonté de se vouloir divertir avec ce prince victorieux. A cet effet il s'avisa de mander au prévôt des marchands et aux échevins de la ville de Paris qu 'il irait souper en leur maison de la ville le Jeudi gras en suivant, qui serait le lendemain de l'arrivée du duc de Guise ; les magistrats de la ville crurent que pour divertir un si grand roi, ce n'était pas assez de le régaler d'un superbe festin mais qu'il y fallait encore mêler quelque divertissement agréable. Dans cette pensée ils jettèrent les yeux sur Estienne Jodelle sachant qu 'il était né parisien. Jodelle qui pour lors n 'avait rien de prêt de ce genre d'écrire, les assura néamoins qu 'il leur donnerait des choses qui n'apporteraient pas moins de plaisir au roi que ses pièces de théâtre. [Je renvoie mes lecteurs à son apologie Recueil des inscriptions, figures et devises et masquarades ordonnées en l'hôtel de ville de Paris le Jeudi 17 février 1558 et au roman de Florence Delay, L'Insuccès de la fête.]
Il y verra la peine qui fut Jodelle, l'inquiétude qu'il eut et le déplaisir sensible de voir que ce qu'il avait si bien projeté fut si mal exécuté par le défaut de mémoire des acteurs et le contretemps des machines. De moi toutes les fois que j'ai lu ce discours, j'avoue que j'ai pris part à ses secrètes fâcheries et que je n'ai su m'empècher de murmurer contre ceux qui abusent tyranniquement de la liberté de nos esprits ; je l'ai quelquefois expérimenté à mon regret aussi.
« Jodelle n 'avoit pas si mauvaise opinion de lui même. Entretenant un jour Estienne Pasquier sur le sujet de la poésie française il lui dit confidément et avec sa franchise ordinaire que si Ronsard l'emportait le matin sur Jodelle, Jodelle l'emportait l'après-dîner sur Ronsard. On disait que Ronsard était le premier des poètes mais que Jodelle en était le démon.
« Il avait bien lu et entendu les Anciens ; toutefois par une superbe assurance il ne s'était jamais voulu assujettir à leur imitation et il avait toujours suivi ses Inventions propres. »







Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Etienne Jodelle
(1532 - 1573)
 
  Etienne Jodelle - Portrait  
 
Portrait de Etienne Jodelle


Biographie / Œuvres

1532

Bibliographie

Poète et dramaturge français, l'une des gloires — mais la plus méconnue — de la Pléiade, Jodelle est aussi musicien, peintre, architecte, orateur et « vaillant aux armes ». Élève de Muret au collège de Boncourt, il fait jouer dès l'âge de vingt ans une pièce, Eugène, première tentative pour créer une comédie nationale. Jodelle semble avoir écrit une autre comédie, La Rencontre, qui, elle, est perd