Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Anna de Noailles

Les terres chaudes - Poéme


Poéme / Poémes d'Anna de Noailles





C'est un brûlant accablement,
L'espace, par chaude bouffée,
Descend sur la plaine étouffée,
Sur le taillis lourd et dormant.



Il semble que la nue ardente,
Que l'azur, que l'argent du jour,
Tombent du poids d'un grand amour
Sur toute la terre odorante,



Sur la terre ivre de couleurs,
Où tendre, verte, soleilleuse,
La primevère, aimable, heureuse,
Luit comme une laitue en fleurs.



La lumière semble sortie
De son empire immense et haut
Pour se poser sur le plateau
Que fait la feuille de l'ortie,



Pour se poser sur le prunier,
Sur le tronc mauve de l'érable.
Tout l'univers est désirable,
Et se pâme, d'amour baigné...




Je songe aux villes éclatantes,
A des soleils mornes et forts
Pesant comme une rouge mort
Sur les rivières haletantes.



O divin étourdissement
Dans la douce île de
Formose,
Lorsque, le soir, le paon des roses
Fait son amoureux sifflement !



Langueur des villages de paille,
Où, chaude comme l'âpre été,
La danseuse aux doigts écartés
Est un lis jaune qui tressaille.



Moiteur des nuits du
Sénégal,
Corps noirs brûlants comme une lave,
Herbe où le serpent met sa bave,
Sanglots du désir animal !



O
Rarahu, ô
Fatou-gaye,

O princesse
Ariitéa,

Ivres d'un feu puissant et bas

Qui vous brûle jusqu'aux entrailles ;



Immense stagnance du temps,
Torpide, verte, lourde extase,
Odeur du sol et de la case,
Herbages mous comme un étang.



Tristesse, quand la nuit s'avance
Avec ses bonds, ses cris déments,
De songer à des soirs charmants
Dans la
Gascogne ou la
Provence ;



Et soudain, salubre parfum
D'un navire aux joyeux cordages
Qui glisse vers de frais rivages
Avec ses voiles de lin brun !



O beauté de toute la terre,
Visage innombrable des jours,
Voyez avec quel sombre amour
Mon cœur en vous se désaltère !



Et pourtant il faudra nous en aller d'ici,
Quitter les jours luisants, les jardins où nous sommes,
Cesser d'être du sang, des yeux, des mains, des hommes,
Descendre dans la nuit avec un front noirci,



Descendre par l'étroite, horizontale porte
Où l'on passe étendu, voilé, silencieux ;
Ne plus jamais vous voir, ô
Lumière des deux ;
Hélas ! je n'étais pas faite pour être morte...










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Anna de Noailles
(1876 - 1933)
 
  Anna de Noailles - Portrait  
 
Portrait de Anna de Noailles


Biographie

Anna-Elisabeth Bassaraba de Brancovan naît â Paris le 15 novembre 1876. Elle est fille du prince Gregoire Bassaraba de Brancovan et de Ralouka Musurus, issue d'une familie grecque illustre.
Elle passe une enfance heureuse, notamment â Amphion, la propriete familiale dont le parc borde le lac Leman, et oii elle decouvre l'ivresse de la narure. Anna a un frere, Constantin, et une sceur, Helen