Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Anna de Noailles

Enfin je puis ne plus épier le printemps - Poéme


Poéme / Poémes d'Anna de Noailles





Enfin je puis ne plus épier le printemps!


Je cesse d’écouter, d’une oreille attentive,


Ce frémissant secret qui soulève et ravive,


Et dont j’ai vénéré le bruit sourd et montant!



Je puis me reposer de la tâche royale


De recueillir avec des sens religieux


L’appel de la nature aux trompeuses cymbales,


Qui veut relier l’homme à d’inutiles cieux!



L’univers n’a plus rien qu’il m’ôte ou qu’il m’apporte,


Mon être est à l’écart de ses jeux décevants,


Dans un tombeau sacré je suis comme une morte,


Et ma vie est encore en pleurs dans un vivant!










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Anna de Noailles
(1876 - 1933)
 
  Anna de Noailles - Portrait  
 
Portrait de Anna de Noailles


Biographie

Anna-Elisabeth Bassaraba de Brancovan naît â Paris le 15 novembre 1876. Elle est fille du prince Gregoire Bassaraba de Brancovan et de Ralouka Musurus, issue d'une familie grecque illustre.
Elle passe une enfance heureuse, notamment â Amphion, la propriete familiale dont le parc borde le lac Leman, et oii elle decouvre l'ivresse de la narure. Anna a un frere, Constantin, et une sceur, Helen