wikipoemes
paul-verlaine

Paul Verlaine

alain-bosquet

Alain Bosquet

jules-laforgue

Jules Laforgue

jacques-prevert

Jacques Prévert

pierre-reverdy

Pierre Reverdy

max-jacob

Max Jacob

clement-marot

Clément Marot

aime-cesaire

Aimé Césaire

henri-michaux

Henri Michaux

victor-hugo

Victor Hugo

robert-desnos

Robert Desnos

blaise-cendrars

Blaise Cendrars

rene-char

René Char

charles-baudelaire

Charles Baudelaire

georges-mogin

Georges Mogin

andree-chedid

Andrée Chedid

guillaume-apollinaire

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

arthur-rimbaud

Arthur Rimbaud

francis-jammes

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
auteurs essais
 

Aimé Césaire



Le coup de couteau du soleil dans le dos des villes surprises - Poéme


Poéme / Poémes d'Aimé Césaire





Et je vis un premier animal

il avait un corps de crocodile des pattes d'équidé une tête

de chien mais lorsque je regardai de plus près à la place

des bubons c'étaient des cicatrices laissées en des temps

différents par les orages sur un corps longtemps soumis à

d'obscures épreuves

sa tête je l'ai dit était des chiens pelés que l'on voit rôder

autour des volcans dans les villes que les hommes n'ont

pas osé rebâtir et que hantent éternellement les âmes des

trépassés

et je vis un second animal

il était couché sous un bois de dragonnier des deux côtés

de son museau de chevrotain comme des moustaches se

détachaient deux rostres enflammés aux pulpes

Je vis un troisième animal qui était un ver de terre mais

un vouloir étrange animait la bête d'une longue étroitesse

et il s'étirait sur le sol perdant et repoussant sans cesse

des anneaux qu'on ne lui aurait jamais cru la force de

porter et qui se poussaient entre eux la vie très vite

comme un mot de passe très obscène

Alors ma parole se déploya dans une clairière de paupières sommaires, velours sur lequel les étoiles les plus filantes allaitent leurs ânesses

le bariolage sauta livré par les veines d'une géante nocturne

ô la maison bâtie sur roc la femme glaçon du lit la catastrophe perdue comme une aiguille dans une botte de foin une pluie d'onyx tomba et de sceaux brisés sur un monticule dont aucun prêtre d'aucune religion n'a jamais cité le nom et dont l'effet ne peut se comparer qu'aux coups de fouet d'une étoile sur la croupe d'une planète sur la gauche délaissant les étoiles disposer le vever de leurs nombres les nuages ancrer dans nulle mer leurs récifs le cour noir blotti dans le cour de l'orage nous fondîmes sur demain avec dans nos poches le coup de couteau très violent du soleil dans le dos des villes surprises






Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Aimé Césaire
(1913 - 2008)
 
  Aimé Césaire - Portrait  
 
Portrait de Aimé Césaire


Biographie

Aimé Césaire est né à Basse Pointe en Martinique le 26 juin 1913. Son père était instituteur et sa mère couturière. Ils étaient 6 frères et soeurs.Son père disait de lui quand Aimé parle, la grammaire française sourit...

Ouvres

Poésie

Filmographie


Ouvres d'aimé césaire


mobile-img