wikipoemes
paul-verlaine

Paul Verlaine

alain-bosquet

Alain Bosquet

jules-laforgue

Jules Laforgue

jacques-prevert

Jacques Prvert

pierre-reverdy

Pierre Reverdy

max-jacob

Max Jacob

clement-marot

Clment Marot

aime-cesaire

Aim Csaire

henri-michaux

Henri Michaux

victor-hugo

Victor Hugo

robert-desnos

Robert Desnos

blaise-cendrars

Blaise Cendrars

rene-char

Ren Char

charles-baudelaire

Charles Baudelaire

georges-mogin

Georges Mogin

andree-chedid

Andre Chedid

guillaume-apollinaire

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

arthur-rimbaud

Arthur Rimbaud

francis-jammes

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
auteurs essais
 
left_old_somall

Aim Csaire

right_old_somall

En guise de manifeste littéraire


Posie / Pomes d'Aim Csaire





à André Breton



Inutile de durcir sur notre passage, plus butyreuses que des lunes, vos faces de tréponème pâle

Inutile d'apitoyer pour nous l'indécence de vos sourires de kystes suppurants



Flics et flicaillons

Verbalisez la grande trahison loufoque, le grand défi mabraque et l'impulsion satanique et l'insolente dérive nostalgique de lunes rousses, de feux verts, de fièvres jaunes...

Parce que nous vous haïssons, vous et votre raison, nous nous réclamons de la démence précoce, de la folie flambante, du cannibalisme tenace.





Comptons : la folie qui se souvient la folie qui hurle la folie qui voit, la folie qui se déchaîne.



Assez de ce goût de cadavre fade !



Ni naufrageurs. Ni nettoyeurs de tranchée. Ni hyènes. Ni chacals. Et vous savez le reste :

Que 2 et 2 font 5

Que la forêt miaule

Que l'arbre tire les marrons du feu

Que le ciel se lisse la barbe

Et estera, et caetera...

Qui et quels nous sommes ? Admirable question ! Haïsseurs. Bâtisseurs. Traîtres. Hougans. Hougans surtout. Car nous voulons tous les démons Ceux d'hier, ceux d'aujourd'hui Ceux du carcan ceux de la houe Ceux de l'interdiction, de la prohibition, du marronnage

-et nous n'avons garde d'oublier ceux du négrier...

Donc nous chantons.

Nous chantons les fleurs vénéneuses éclatant dans des prairies furibondes; les ciels d'amour coupés d'embolie; les matins épileptiques ; le blanc embrasement des sables abyssaux, les descentes d'épaves dans les nuits foudroyées d'odeurs fauves.

Qu'ypuis-je?



Il faut bien commencer.

Commencer quoi ?

La seule chose du monde qu'il vaille la peine de commencer.

La Fin du monde, parbleu !

Tourte

ô tourte de l'effroyable automne où poussent l'acier neuf et le béton vivace tourte ô tourte où l'air se rouille en grandes plaques d'allégresse mauvaise où l'eau sanieuse balafre les grandes joues solaires je vous hais.

Le moulin lent broie la canne le b"uf trop lent n'avale pas le moulin

Est-ce suffisamment absurde ?

Les pieds nus se plantent dans l'asphalte l'asphalte trop doux n'allume pas en pinède la forêt des pieds nus.

En vérité, c'est à n'y rien comprendre.



On voit encore des madras aux reins des femmes, des anneaux à leurs oreilles, des sourires à leur bouche, des enfants à leur mamelle, et j'en passe : ASSEZ DE CE SCANDALE !

Alors voilà les cavaliers de l'Apocalypse.

Alors voilà sans pompe les entrepreneurs de pompes funèbres sans jugement les hommes du Jugement dernier.

En vain dans la tiédeur de votre gorge mûrissez-vous vingt fois la même pauvre consolation, que nous sommes des marmonneurs de mots.

En vain : quand passe dans le ciel floche la fulgurante sentence poétique,

ô niais votre fébrile sidération et vos occlusions d'yeux, et vos paralysies et vos contractures et vos pouls en galop vous ont lumineusement démentis !



Des mots! quand nous manions des quartiers de ce monde, quand nous épousons des continents en délire, quand nous forçons de fumantes portes, des mots ! ah oui, des mots, mais des mots de sang frais, des mots qui sont des raz-de-marée et des érésipèles et des paludismes, et des laves, et des feux de brousse, et des flambées de chair, et des flambées de villes...



Sachez-le bien : je ne joue jamais si ce n'est à l'an mil je ne joue jamais si ce n'est à la Grande Peur

Accommodez-vous de moi. Je ne m'accommode pas de vous.

Parfois on me voit d'un grand geste du cerveau, happer un nuage trop rouge, ou une caresse de pluie, ou un prélude du vent, ne vous tranquillisez pas outre mesure :

Je force la membrane vitelline qui me sépare de moi-même, Je force les grandes eaux qui me ceinturent de sang

C'est moi, rien que moi qui arrête ma place sur le dernier train de la dernière vague du dernier raz-de-marée,

C'est moi, rien que moi qui prends langue avec la dernière angoisse

C'est moi, oh ! rien que moi qui m'assure au chalumeau les premières gouttes de lait virginal !

Vous avez parfois rencontré sous la lune, efflanqué, un grand aboi de chien maraudeur.

Il n'y a pas eu d'avertissement des ions de la lumière cendrée, mais simplement un grand flairement, et un grand feulement s'est durci dans l'épaisseur de l'air. Et vous avez été soudainement pris dans un liquide filet de redditions sommaires, de montées de fusées non éclairantes, de feux de peloton, d'écoulements de styrax... Et vous avez tremblé inénarrablement.



Donc notre enfer vous prendra au collet. Notre enfer fera ployer vos maigres ossatures. Vos grâces de tétras lyrure n'exorciseront rien.

Il suffit. Je ne vous aurai point oubliés.

Je suis un cadavre, yeux clos, qui tape du morse frénétique sur le toit mince de la Mort

Je suis un cadavre qui exubère de la rive dormante de ses membres un cri d'acier non confondu.

Vous

ô vous qui vous bouchez les oreilles c'est à vous, c'est pour vous que je parle, pour vous qui

écartèlerez demain jusqu'aux larmes la paix paissante de vos sourires, pour vous qui un matin entasserez dans votre besace mes mots et prendrez à l'heure où sommeillent les enfants de la peur, l'oblique chemin des fuites et des monstres.








Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Aim Csaire
(1913 - 2008)
 
  Aim Csaire - Portrait  
 
Portrait de Aim Csaire


Biographie

Aim Csaire est n Basse Pointe en Martinique le 26 juin 1913. Son pre tait instituteur et sa mre couturire. Ils taient 6 frres et soeurs.Son pre disait de lui quand Aim parle, la grammaire franaise sourit...

Ouvres

Posie

Filmographie


Ouvres d'Aim Csaire


mobile-img