wikipoemes
paul-verlaine

Paul Verlaine

alain-bosquet

Alain Bosquet

jules-laforgue

Jules Laforgue

jacques-prevert

Jacques Prévert

pierre-reverdy

Pierre Reverdy

max-jacob

Max Jacob

clement-marot

Clément Marot

aime-cesaire

Aimé Césaire

henri-michaux

Henri Michaux

victor-hugo

Victor Hugo

robert-desnos

Robert Desnos

blaise-cendrars

Blaise Cendrars

rene-char

René Char

charles-baudelaire

Charles Baudelaire

georges-mogin

Georges Mogin

andree-chedid

Andrée Chedid

guillaume-apollinaire

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

arthur-rimbaud

Arthur Rimbaud

francis-jammes

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
auteurs essais
 

Aimé Césaire



C'est le courage des hommes qui est démis - Poéme


Poéme / Poémes d'Aimé Césaire





L'extraordinaire téléphonie du feu central aux nébuleuses installée en une seconde et pour quels ordres !
La pluie, c'est la manière rageuse dès maintenant et dès ici de biffer tout ce qui existe, tout ce qui a été créé, crié, dit, menti, sali.
Où a-t-on pris que la pluie tombe ?

C'est le courage des hommes qui est démis.
La pluie est toujours de tout cour.
La pluie exulte.
C'est une levée en masse de l'inspiration, un sursaut des sommeils tropicaux ; un en-avant de lymphes ; une frénésie de chenilles et de facules ; un assaut tumultueux contre tout ce qui se terre dans les garennes ; la lancée à contre-sens des gravitations de mille folles munitions et des tur-ra-mas qui sautent en avançant - hippocampes vers les enfin et les faubourgs.

Enfin!
L'arbre pète à la grenade.
La roche éclate.
Tendresse : de loin en loin ce grand repos.
Tendresse : de loin en loin cet orchestre qui joue et entrelace des pas comme de l'osier qu'on tresse.

Tendresse, mais celle des tortures adorables : la mise en marche d'un incendie de vilebrequins qui forent et forcent le vide à crier étoile.
C'est du sang.
Du reste on comprend mal comment ça suffit à alimenter la formidable dévolution de chevaux qui de crête en crête rebroussent l'élan des ravins.



Il n'y a plus de royauté.
Et l'invention est perpétuelle de chants d'extase, de prières écourtées, de cérémonial minutieux d'araigne, de scies qui clapotent, de chevelures dénouées, de lampes de mosquée en verre émaillé qui s'entrechoquent, de mers qui filent et refluent, d'alambics, de serpentins qui à toute vapeur claironnent les condensations inoubliables.

Certes inoubliables.
Une danse de sagaies comme on n'en a jamais vu et dix mille drapeaux de victoire arrachés aux cétacés et que la terre agite.

La vigne de la colère a colporté jusqu'au ciel l'alcool de son repos et du salut.






Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Aimé Césaire
(1913 - 2008)
 
  Aimé Césaire - Portrait  
 
Portrait de Aimé Césaire


Biographie

Aimé Césaire est né à Basse Pointe en Martinique le 26 juin 1913. Son père était instituteur et sa mère couturière. Ils étaient 6 frères et soeurs.Son père disait de lui quand Aimé parle, la grammaire française sourit...

Ouvres

Poésie

Filmographie


Ouvres d'aimé césaire


mobile-img