Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Théodore de Banville

La source - Poéme


Poéme / Poémes d'Théodore de Banville





Jeune, oh ! si jeune avec sa blancheur enfantine,

Debout contre le roc, la
Naïade argentine

Rit.
Elle est nue.
Encore au bleu matin des jours,

La céleste ignorance éclaire les contours

De son corps où circule un sang fait d'ambroisie.

Svelte et suave, tel près d'un fleuve d'Asie

Nait un lys ; le désert voit tout ce corps lacté,

Sans tache et déjà fier de sa virginité,

Car sur le sein de neige à peine éclos se pose

Le reflet indécis de l'églantine rose.



O corps de vierge enfant ! temple idéal, dont rien
Ne trouble en ses accords le rhythme aérien !
L'atmosphère s'éclaire autour du jeune torse
De la
Naïade, et, comme un dieu sous une écorce,
Tandis que sa poitrine et son ventre poli
Reflètent un rayon par la vie embelli,
Une âme se trahit sous cette chair divine.
La prunelle, où l'abîme étoile se devine,
Prend des lueurs de ciel et de myosotis ;
Ses cheveux vaporeux que baisera
Thétis
Etonnent le zéphir ailé par leur finesse ;
Elle est rêve, candeur, innocence, jeunesse ;
Sa bouche, fleur encor, laisse voir en s'ouvrant
Des perles ; son oreille a l'éclat transparent



Et les tendres couleurs des coquilles marines,

Et la lumière teint de rose ses narines.

La nature s'éprend de ce matin vermeil

De la vie, aux clartés d'aurore.
Le soleil

Du printemps, qui de loin dans sa grotte l'admire,

Met un éclair de nacre en son vague sourire.



La vierge, la
Naïade argentine est debout
Contre le roc ; pensive, amoureuse de tout,
Et son bras droit soulève au-dessus de sa tête
L'urne d'argile, chère au luth d'or du poète,
Qui dans ses vers, où gronde un bruit mélodieux,
Décrit fidèlement les attributs des dieux
Son corps éthéréen se déroule avec grâce
Courbé sur une hanche, et dessine sa trace
Dans l'air, comme un oiseau qui va prendre son vol.
Seul, un de ses pieds blancs pose en plein sur le sol.
Le vase dont ses doigts ont dû pétrir l'ébauche
S'appuie à son épaule, o charme ! et sa main gauche
Supporte le goulot, d'où tombe un flot d'argent.
Les perles en fusée et le cristal changeant
Ruissellent, et déjà leur écume s'efface
Dans l'ombre du bassin luisant, dont la surface
Répète dans son clair miroir de flots tremblants
Les jambes de l'enfant naïve et ses pieds blancs.



Oh ! parmi les lotus ouverts et les narcisses,

Où vont tes pieds glacés,
Source aux fraîches délices ?

Où tes flots, à présent dans la mousse tapis,

Baigneront-ils au loin des champs mouvants d'épis ?

Où verras-tu frémir aussi dans tes opales

Les pins au noir feuillage et les oliviers pâles ?



T'enfuis-tu dans la nuit vers le vallon désert,
Vers le sentier rougeâtre où croît l'euphorbe vert,
Où l'on voit se flétrir sous les pieds des bacchantes
La violette aux yeux mourants et les acanthes ?
Où vas-tu, bleue et froide en tes sombres chemins,
Clarté ?
Chercheras-tu les buissons de jasmins
Et les grandes cités bruyantes de la
Grèce,
Que parent les héros issus d'une déesse,
Les tueurs de lions, qui sur leur large flanc
Tourmentent de la main des glaives teints de sang ?



O
Source, dans les champs de la fertile
Epire,

L'Achéron se courrouce et l'Aréthon soupire ;

Le
Pénée, aux baisers des nymphes échappé,

Court, ivre de désir, vers le riant
Tempe ;

L'Etolie a des bois odorants où circule

L'Achéloùs meurtri par le divin
Hercule ;

Près du doux
Ilissus qui reflète le ciel,

Sur les coteaux penchants l'abeille fait son miel,

Et le
Strymon, qui pousse une plainte étouffée,

Roule avec des sanglots un dernier chant d'Orphée.

Tous ces fleuves sont beaux, et dans leur libre essor

Apportent à la mer des ruisseaux brodés d'or :

Un chœur dansant bondit sur les bords du
Céphise ;

L'harmonieux
Pénée a vu
Daphné surprise

Se changer en laurier verdoyant sur ses bords ;

Le
Sperchius entend mourir le bruit des cors ;

Le long de l'Axius passent des hécatombes,

Et le doux
Thyamis a des vols de colombes

Qui vont en secouant leurs ailes vers les deux.

Tous ces fleuves d'azur au cours délicieux

Ont de leurs noms vivants charmé la grande lyre,

O
Source enfant, mais nul d'entre eux n'a ton sourire !



Oh ! je te reconnais,
Source enfant, tu seras
Le limpide
Eurotas,où, levant leurs beaux bras,
Les guerrières de
Sparte aux âmes ingénues
Dans la nappe d'argent se baignent toutes nues ;
L'Eurotas, tout glacé de suaves pâleurs,
Où croît le laurier-rose au front chargé de fleurs !
C'est dans ton flot riant, à l'ombre de la vigne,
Que
Léda frémira sous le baiser du cygne,
Pâle d'horreur, serrant les ailes de l'oiseau
Sur sa poitrine folle où l'ombre d'un roseau
Se joue, et sur le lit de fleurs que l'onde arrose
Mordant un col de neige avec sa lèvre rose !
Le fleuve ému la berce en un riant bassin,
Et des soupirs brûlants s'échappent de son sein
Mollement caressé par les eaux fugitives.
Ah ! toujours l'Eurotas gardera sur ses rives,
Que les enchantements choisissent pour séjour,
L'écho tumultueux de ses grands cris d'amour,
O
Source ! et c'est aussi près de ton onde claire
Qu'Hélène aux cheveux d'or, tremblante de colère,
Passera, saluant d'un rire méprisant
Le palais délaissé de
Tyndare, et baisant
De sa lèvre enfantine encore inapaisée
Les noirs cheveux touffus de son amant
Thésée.



La petite
Naïade est pensive.
Elle rit.
Devant ses pieds d'ivoire un narcisse fleurit.
Oiseaux, ne chantez pas ; taisez-vous, brises folles,
Car elle est votre joie, ailes, brises, corolles,
Verdures !
Le désert, épris de ses yeux bleus,
Ecoute murmurer dans le roc sourcilleux
Son flot que frange à peine une légère écume.



L'aigle laisse tomber à ses pieds une plume

En ouvrant dans l'éther son vol démesuré ;

L'alouette vient boire au bassin azuré

Dont son aile timide agite la surface.

Quand la pourpre céleste à l'horizon s'efface,

Les étoiles des nuits silencieusement

Admirent dans le ciel son visage charmant

Qui rêve, et la montagne auguste est son aïeule.

Oh ! ne la troublez pas !
La solitude seule

Et le silence ami par son souffle adouci

Ont le droit de savoir pourquoi sourit ainsi

Blanche, oh ! si blanche, avec ses rougeurs d'églantine,

Debout contre le roc, la
Naïade argentine !



Avril 1861










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Théodore de Banville
(1823 - 1891)
 
  Théodore de Banville - Portrait  
 
Portrait de Théodore de Banville


Biographie / Œuvres

Théodore de Banville, poète français, né le 14 mars 1823 à Moulins, dans l'Allier, mort le 13 mars 1891, à Paris, à son domicile rue de l'Éperon. Il fut un poète français, et un des chefs de file de l'école parnassienne. Banville professait un amour exclusif de la beauté et s’opposait à la fois à la poésie réaliste et aux épanchements romantiques, face auxquels il affirmait sa foi en la pureté for