Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Raymond Queneau

Tuileries de mes peines - Poéme


Poéme / Poémes d'Raymond Queneau





Tuileries de mes peines
Tuileries de mes soucis
Morte est la
Seine
Mort est
Paris

Un
Meussieu promène dame fort jolie
Morte est la
Seine
Mort est
Paris

La
Concorde est lointains

et ses hiéroglyphies

Morte est la
Seine
Mort est
Paris

Plus loin le
Pont d'Iéna ne mène
Nulle part
C'est fini
Morte est la
Seine
Mort est
Paris

Qu'elle me retienne que je dise amie
Morte est la
Seine
Mort est
Paris



Mais ce
Sont des haines des jeux des oublis
Morte est la
Seine
Mort est
Paris

Mon amour ma peine il leur faut mouri'
Morte est la
Seine
Mort est
Paris











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Raymond Queneau
(1903 - 1976)
 
  Raymond Queneau - Portrait  
 
Portrait de Raymond Queneau


Chronologie

Queneau est un véritable acrobate. Toute sa vie il a jonglé entre littérature et mathématiques, malice et gravité, tendresse et dérision, érudition et innocence, humour et amertume. Curieux de tout, il a eu également une ambition encyclopédique ( la liste des livres qu'il a lus et souvent relus, établie par lui même, comporte environ 10 000 titres) et une volonté d'effectuer une recherche permanen