Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Louise Labé

Xi sonnet italien - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Louise Labé





Sonetto.

Ardo d'un dolce fuoco, e quest' ardore
Smorzar non cerco; anzi m'è caro tanto,
Che lieto in mezo de le fiamme io canto
Le vostre lodi e 'I sopran vostro honore;

E chieggio in guiderdone al mio
Signore
Che non mi dia cagion d'eterno pianto;
Ma d'un' istesso fuoco hoggi altrertanto
Vi porga si ch' ogn' hor n'avvampi il cuore.

Amor seco ogni ben mai sempre apporta,
Quando d'un par desio due
Petti invoglia:
Ma s'un ne lascia, è morte atroce e ria:

Siatemi dunque voi sicura scorta :
Svegliate homai questa gravosa spoglia,
Ch' à voi consacrera la penna mia.



Je brûle d'un doux feu et je ne veux pas même éteindre cette ardeur qui me réchauffe l'âme, si bien qu'étant heureux au beau milieu des flammes, je chante votre gloire et votre honneur extrême.

Pour récompense alors je demande au
Seigneur

de m'épargner l'objet d'un éternel tourment

mais de vous procurer le feu le plus ardent

qui puisse, à chaque instant, vous brûler tout le cœur.

L'Amour n'apporte pas toujours le vrai bonheur

quand il est un égal désir entre deux cœurs ;

s'il lâche l'un des deux, c'est la mort la plus noire.

Soyez alors pour moi un guide secourable !
Rendez la vie à ma dépouille misérable, et je consacrerai ma plume à votre gloire !

Sonnet attribué à
Luigi
Alamanni ou à
Gabriel
Sy-méoni, comme le précédent.













Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Louise Labé
(1524 - 1566)
 
  Louise Labé - Portrait  
 
Portrait de Louise Labé


Biographie / chronologie

Pierre Charly, apprenti cordier (peut-être d'origine italienne), né aux alentours de 1470, illettré au point de ne pas savoir signer, épouse Guillermette Decuchermois, sans doute âgée ; celle-ci est veuve depuis 1489 de Jacques Humbert, dit Labé (ou L'Abbé [forme la plus ancienne], l'Abé, Labbé, Labbyt), cordier installé rue de l'Arbre sec. Pierre reprend le surnom de Labé, qui est attaché au fond

Bibliographie

Louise Labé (ou Labbé) est née à Lyon vers l'année 1524. Son père, Pierre Charly, était un cordelier de la ville. Elle tirera son surnom, la belle cordelière, de son père aussi bien que de son futur époux, Ennemont Perrin, qui exercera la même activité.