Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jules Verne

L'attente du simoun - Ballade


Ballade / Poémes d'Jules Verne





Au fond de la
Suisse sauvage,
Cette légende a vu le jour ;
Retenez-la ; pour que chaque âge
D'un crime évite le retour.
Regardez-moi bien : je m'apprête,
Mes amis, à la retracer...
Songez qu'il faut courber la tête,
Quand le
Simoun vient à passer.



Pendant des nuits froides et sombres,
Jeanne errait en rêvant d'amour ;
De la vielle ' et noirâtre tour,
A l'heure où le sommeil se prête
Aux humains qu'il veut délasser...
Mes compagnons, courbez la tête,
Le
Simoun mortel va passer2.



Car un beau gars du voisinage,
Brave, de tous les autres roi,
Avait à force de courage
Conquis sa promesse et sa foi ;
Elle l'aimait, se faisait fête
En amour de le surpasser...
Mes compagnons, courbez la tête,
Le
Simoun mortel va passer.



Or elle à la tour noire
Pensait à l'ami de son cœur ;
Elle était chaste ; on peut m'en croire,
Et ne cherchait pas son vainqueur,
Plus rouge qu'une rouge crête,
Lorsqu'il parlait de l'embrasser...
Mes compagnons, courbez la tête,
Le
Simoun mortel va passer.



Jeanne ne se tenait pas d'aise ;
C'était la veille de l'hymen,
Ce beau jour où rien ne nous pèse ;
Jeanne pensait au lendemain.
Alors à la pauvre fillette,
N'est-il pas permis de penser ?..,
Mes compagnons, courbez la tête,
Le
Simoun mortel va passer.



La tour est noire et la nuit brune ;
Au travers de sombres créneaux
Le rayon d'argent de la lune
Fait saillir d'antiques arceaux.
On eût dit comme un blanc squelette
Qui semble au vent se balancer...
Mes compagnons, courbez la tête,
Le
Simoun mortel va passer.



L'ombre joue avec la lumière,
L'efface et revient tour à tour,
Anime les spectres de pierre
Formés des angles de la tour.
Bientôt on entend sur le faîte
Les sombres corbeaux croasser...
Mes compagnons, courbez la tête,
Le
Simoun mortel va passer.



Mais rien ne peut émouvoir
Jeanne,
Nul bruit ne saurait la troubler,
Ce n'est pas d'un objet profane,
C'est d'amour qu'elle doit trembler ;
Voyez : son oreille est muette,
Et tout lui semble s'effacer...
Mes compagnons, courbez la tête,
Le
Simoun mortel va passer.



Rêvant à l'amant qu'elle adore,
Elle est immobile et sans peur ;
Elle veut l'aimer plus encore,
Plus ne tiendrait pas en son cœur !
Soudain voilà qu'elle s'arrête ;
L'effroi viendrait-il la chasser ?



Mes compagnons, courbez la tête,
Le
Simoun mortel va passer.

Trois hommes, trois brigands, sans doute,
Vers la tour à pas incertains
S'avancent en quittant la route :
Jeanne les croit des assassins.
Leurs pas que l'écho lui répète,
D'angoisses viennent la glacer...
Mes compagnons, courbez la tête,
Le
Simoun mortel va passer.



Ils paraissent à la crevasse,
Des ruines digne portail ;
La rude épine l'embarrasse ;
Tout est un sombre épouvantail.
Derrière un pilier, inquiète,
Jeanne à pas sourds va se placer...
Mes compagnons, courbez la tête,
Le
Simoun mortel va passer.



Des trois l'un est une victime ;
Pendant qu'il lutte et se débat}
Car il sait qu'il est un abyme
Dans la tour ; horrible combat !
Sur les murs la lune indiscrète
Des monstres s'amuse à tracer...
Mes compagnons, courbez la tête,
Le
Simoun mortel va passer.



Le vent souffle, souffle en sa trompe,
Les brigands combattent toujours ;
Sans que rien ne les interrompe,
Du crime ils poursuivent le cours ;
La victime dans la tempête
Se sent à l'instant terrasser...
Mes compagnons, courbez la tête,
Le
Simoun mortel va passer.



Le vent redouble ; la bourrasque

Enlève du cou d'un brigand

Un mouchoir qui s'envole et masque



La lune et son rayon d'argent.
Au pied de
Jeanne elle le jette ;
Jeanne n'ose le ramasser...
Mes compagnons, courbez la tête,
Le
Simoun mortel va passer.



Le brigand n'y prend pas garde ;
La foudre à ses pieds peut courir,
Sans qu'il se détourne et regarde
La mort dont il pouvait mourir.
Maintenant la victime est prête ;
Et les pierres vont s'amasser...
Mes compagnons, courbez la tête ;
Le
Simoun mortel va passer.



Jeanne de frayeur presque morte,
Au bord de l'abyme voit pencher
La victime qu'un brigand porte,
Et qu'il va bientôt y lâcher ;
Dans l'abyme,
Jeanne défaite
Entend les pierres s'entasser...
Mes compagnons, courbez la tête ;
Le
Simoun mortel va passer.



Les brigands gagnent la campagne ;
Jeanne s'empare du mouchoir ;
Aveugle, l'horreur l'accompagne,
Elle court au risque de choir ;
Tout pour elle en sang se reflète ;
Elle fuit sans croire avancer...
Mes compagnons, courbez la tête ;
Le
Simoun mortel va passer.



Enfin, éperdue, elle arrive...
La lune termine son tour ;
Le jour montre sa lueur vive :
On mariait
Jeanne en ce jour.
Le violon, la clarinette
Tous devaient nous faire danser.
Mes compagnons, courbez la tête ;
Le
Simoun mortel va passer.



Jeanne se lève avec l'aurore,
Dit à sa couche un triste adieu,
S'incline ; elle peut dire encore
Une prière vierge à
Dieu ;
Puis lentement
Jeanne s'apprête,
Et de son mieux va se lacer...
Mes compagnons, courbez la tête ;
Le
Simoun mortel va passer.



Son gars de son côté s'habille,
Tout en jasant de son bonheur ;
Le feu dans sa prunelle brille ;
Il est beau, bien fait, plein d'ardeur ;
Il est longtemps à sa toilette...
L'habit neuf qu'il faut endosser !...
Mes compagnons, courbez la tête ;
Le
Simoun mortel va passer.



Jeanne s'achève ; vers l'Eglise,
Conduite par ses bons parents,
Jeanne de son trouble est remise ;
Nous la pressons tous de nos rangs ;
On voit luire sur sa gorgerette
La fleur qui dut la fiancer...
Mes compagnons, courbez la tête ;
Le
Simoun mortel va passer.



Le futur s'avance et se place
Près de
Jeanne toute en douleurs ;
Ils se regardent face à face,
Et
Jeanne redouble ses pleurs.
La cérémonie était prête,
On vit le prêtre s'avancer...
Mes compagnons, courbez la tête ;
Le
Simoun mortel va passer.



L'époux passe au doigt de son ange
L'anneau béni ; mais dans4 son sein
Jeanne prend et rend en échange...
Dieu ! le mouchoir de l'assassin !
Doux présent où sa main discrète
Pour lui son nom voulut tracer...



Mes compagnons, courbez la tête ;
Le
Simoun mortel va passer.



Le traître fuit ; quitte la place
Troublé de crainte et de terreur ;
De ses lèvres qu'un5 poison glace,
Jeanne rend grâce à son
Seigneur.
Elle tombe pâle et défaite ;
Ah !
Jeanne vient de trépasser...
Mes compagnons, courbez la tête ;
Le
Simoun est prêt6 de passer.



Dans les environs de
Lucerne,
On voit un spectre chaque nuit
Prier auprès d'une caverne :
Un tombeau tout en flamme y luit.
Le spectre dans ce feu se jette ;
Une main le fait s'y lancer...
Mes compagnons, courbez la tête ;
Le
Simoun sur vous va passer !



Chaque nuit, nouvelle souffrance !
Mais il ne peut pas en mourir !
Il brûle ; mais sans l'espérance
Quelque jour de ne plus souffrir !
Il doit aux cris de la chouette,
Le lendemain recommencer !...
Mes compagnons, courbez la tête ;
Le
Simoun vient de passer.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jules Verne
(1828 - 1905)
 
  Jules Verne - Portrait  
 
Portrait de Jules Verne


Biographie / Œuvres

Jules Verne naquit à Nantes le 8 février 1828. Son père, Pierre Verne, fils d'un magistrat de Provins, s'était rendu acquéreur en 1825 d'une étude d'avoué et avait épousé en 1827 Sophie Allotte de la Füye, d'une famille nantaise aisée qui comptait des navigateurs et des armateurs. Jules Verne eut un frère : Paul (1829 - 1897) et trois soeurs : Anna, Mathilde et Marie. À six ans, il prend ses premi

Chronologie

LA VIE ET L'OEUVRE DE JULES VERNE