Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jules Supervielle

Boulevard lannes - Poéme


Poéme / Poémes d'Jules Supervielle





Boulevard
Lannes que fais-tu si haut dans l'espace
Et tes tombereaux que tirent des percherons l'un

derrière l'autre,
Les naseaux dans l'éternité
Et la queue balayant l'aurore?
Le charretier suit, le fouet levé,
Une bouteille dans sa poche.

Chaque chose a l'air terrestre et vit dans son naturel.
Boulevard
Lannes que fais-tu au milieu du ciel
Avec tes immeubles de pierre que viennent flairer

les années,
Si à l'écart du soleil de
Paris et de sa lune
Que le réverbère ne sait plus s'il faut qu'il s'éteigne

ou s'allume
Et que la laitière se demande si ce sont bien des

maisons, -.

Avançant de vrais balcons,
Et si tintent à ses doigts des flacons de lait ou des

mondes?

Près du ruisseau un balayeur de feuilles mortes de

platanes
En forme un tas pour la fosse commune de tous les

platanes Échelonnés dans le ciel.

Ses mouvements font un bruit aéré d'immensité
Que l'âme voudrait imiter.

Ce chien qui traverse la chaussée miraculeusement
Est-ce encor un chien respirant?
Son poil sent la foudre et la nue
Mais ses yeux restent ingénus
Dans la dérivante atmosphère
Et je doute si le boulevard
N'est pas plus large que l'espace entre le
Cygne et

Bételgeuse.
Ah ! si je colle l'oreille à l'immobile chaussée
C'est l'horrible galop des mondes, la bataille des

vertiges;
Par la fente des pavés
Je vois que s'accroche une étoile
A sa propre violence
Dans l'air creux insaisissable
Qui s'enfuit de toutes parts.

Caché derrière un peu de nuit comme par une

colonne,
En étouffant ma mémoire qui pourrait faire du

bruit,
Je guette avec mes yeux d'homme
Mes yeux venus jusqu'ici,
Par quel visage travestis?
Autour de moi je vois bien que c'est l'année où nous

sommes

Et cependant on dirait le premier jour du monde
Tant les choses se regardent fixement
Entourées d'un mutisme différent.

Ce pas lourd sur le trottoir
Je le reconnais c'est le mien,
Je l'entends partir au loin, 11 s'est séparé de moi (Ne lui suis-je donc plus rien)
S'en va maintenant tout seul,
Et se perd au fond du
Bois.
Si je crie on n'entend rien
Que la plainte de la
Terre
Palpant vaguement sa sphère
A des millions de lieues,
S'assurant de ses montagnes,
De ses fleuves, ses forêts
Attisant sa flamme obscure
Où se chauffe le futur (Il attend que son tour vienne.)

Je reste seul avec mes os

Dont j'entends les blancheurs confuses :

«
Où va-t-il entre deux ciels, si froissé par ses pensées,

Si loin de la terre ferme

Le voilà qui cherche l'ombre et qui trouve du soleil. »

Puisque je reconnais la face de ma demeure dans

cette altitude
Je vais accrocher les portraits de mon père et de ma

mère
Entre deux étoiles tremblantes,
Je poserai la pendule ancienne du salon

Sur une cheminée taillée dans la nuit dure

Et le savant qui un jour les découvrira dans le ciel

En chuchotera jusqu'à sa mort.

Mais il faudra très longtemps pour que ma main

aille et vienne
Comme si elle manquait d'air, de lumière et d'amis
Dans le ciel endolori
Qui faiblement se plaindra
Sous les angles des objets qui seront montés de la

Terre.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jules Supervielle
(1884 - 1960)
 
  Jules Supervielle - Portrait  
 
Portrait de Jules Supervielle


Biographie / Œuvres

Ses parents, français, se sont expatriés en Uruguay pour fonder une banque. De retour en France pour des vacances, l'année même de la naissance de Jules, il meurent tous les deux : il devait y avoir quelque chose dans l'eau du robinet… C'est son oncle et sa tante qui l'élèvent et qui s'occupent de la banque en Uruguay.
Ce n'est qu'à l'âge de 9 ans qu'il apprend qu'il est adopté.

Chronologie

De 1880 à 1883 : Bernard, oncle du poète, fonde en Uruguay une banque avec sa femme Marie-Anne. Cette entreprise devient rapidement familiale : Bernard demande à son frère Jules, père du poète, de venir le rejoindre en Uruguay. Jules fait du trio un parfait quatuor en épousant sa propre belle-soeur, Marie, soeur de Marie-Anne et mère du poète.