Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jules Supervielle

400 atmosphères - Poéme


Poéme / Poémes d'Jules Supervielle





Quand le groseillier qui pousse au fond des mers

Loin de tous les yeux regarde mûrir ses groseilles

Et les compare dans son cœur,

Quand l'eucalyptus des abîmes

A cinq mille mètres liquides médite un parfum sans

espoir,
Des laboureurs phosphorescents glissent vers les

moissons aquatiques,
D'autres cherchent le bonheur avec leurs paumes

mouillées
Et la couleur de leurs enfants encore opaques
Qui grandissent sans se découvrir
Entre les algues et les perles.

L'amour s'élance à travers les masses salines tombantes
Et la joie est évasive comme la mélancolie.
L'on pénètre comme à l'église sous les cascades de

ténèbres
Qui ne font écume ni bruit.
Parfois on devine que passe un nuage venu du ciel libre



Et le dirige, rênes en main, une grave enfant de la

côte.
Alors s'allument un à un les phares des profondeurs
Qui sont violemment plus noirs que la noirceur
Et tournent.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jules Supervielle
(1884 - 1960)
 
  Jules Supervielle - Portrait  
 
Portrait de Jules Supervielle


Biographie / Œuvres

Ses parents, français, se sont expatriés en Uruguay pour fonder une banque. De retour en France pour des vacances, l'année même de la naissance de Jules, il meurent tous les deux : il devait y avoir quelque chose dans l'eau du robinet… C'est son oncle et sa tante qui l'élèvent et qui s'occupent de la banque en Uruguay.
Ce n'est qu'à l'âge de 9 ans qu'il apprend qu'il est adopté.

Chronologie

De 1880 à 1883 : Bernard, oncle du poète, fonde en Uruguay une banque avec sa femme Marie-Anne. Cette entreprise devient rapidement familiale : Bernard demande à son frère Jules, père du poète, de venir le rejoindre en Uruguay. Jules fait du trio un parfait quatuor en épousant sa propre belle-soeur, Marie, soeur de Marie-Anne et mère du poète.