Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jean-Baptiste Chassignet

Sonnet ccliii - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Jean-Baptiste Chassignet





Est-il rien de plus vain qu'un songe mensonger,
Un songe passager, vagabond, et muable ?
La vie est toutesfois au songe comparable,
Au songe vagabond, muable, et passager.



Est-il rien de plus vain que l'ombrage léger,
L'ombrage remuant, inconstant, et peu stable ?
La vie est toutesfois à l'ombrage semblable,
A l'ombrage tremblant sous l'arbre d'un verger.



Aussi, pour nous laisser une preuve asseurée
Que ceste vie estoit seulement une entrée
Et départ de ce lieu, entra soudainement



Le sage
Pythagore en sa chambre secrette

Et n'y fust point si tost, ô preuve bien tost faite,
Comme il en ressortist encor plus vivement.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jean-Baptiste Chassignet
(1570 - 1635)
 
  Jean-Baptiste Chassignet - Portrait  
 
Portrait de Jean-Baptiste Chassignet


La vie de jean-baptiste chassignet